• Saints Patrons

Saints Patrons

medaille st michel

Fête d'armes, un peu d'histoire !


Les pages qui suivent sont des extraits du Livre de l'aumônier catholique (Tome III, connaissance des Armées, armes et services - Saints patrons). Ce livre est du à une initiative de l'aumônier André Glantenet et approuvé par le conseil presbytéral du Diocèse aux Armées Françaises en 1998.

 INTRODUCTION : LES FETES D’ARMES ET DE SERVICES

SAINT LOUIS, patron de l'aumônerie catholique française (25 août)

SAINT JEAN DE CAPISTRAN

L’ORIGINE DU “ 2 S ” (2 décembre)

SAINT MAURICE, patron de l'infanterie ( 22 septembre)

COMMEMORATION DE LA BATAILLE DE SIDI-BRAHIM (23 septembre)

COMMEMORATION DE CAMERONE (30 avril)

SAINT ANTOINE, patron de la Légion (17 janvier)

SAINT MICHEL archange, patron des parachutistes (29 septembre)

COMMEMORATION DE BAZEILLES (31 août)

SAINT GEORGES, patron de l'arme blindée et de la cavalerie (23 avril)

SAINTE CLOTILDE ( 4 juin)

SAINTE BARBE, patronne des artilleurs et des sapeurs (4 décembre)

SAINT BERNARD DE MENTHON, patron des troupes de montagne (28 mai)

SAINT-GABRIEL archange, patron des transmissions ( 29 septembre)

SAINT ELOI, patron du matériel, des mécaniciens de l'air et de la marine (1er décembre)

COMMEMORATION DE LA CREATION DE L'ARME DU TRAIN (26 mars)

SAINT-CHRISTOPHE, patron du train ( 25 juillet)

SAINT AMBROISE, patron du cadre spécial (7 décembre)

SAINT JEAN à la porte latine ou SAINT JEAN des imprimeurs (6 mai)

SAINTE VERONIQUE (4 février)

SAINTE CÉCILE (22 novembre)

SAINT-RAPHAEL archange, patron du renseignement ( 29 septembre)

SAINT MARTIN DE TOURS, patron du commissariat (11 novembre)

SAINT JOSEPH DE CUPERTINO ou COPERTINO (18 septembre)

NOTRE-DAME DE LORETTE (10 décembre)

LA MARINE NATIONALE ET LA VIERGE MARIE

ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE (15 août)

SAINTE GENEVIÈVE, patronne de la gendarmerie (26 novembre)

SAINT-LUC , patron du service de santé(18 octobre)

SAINT COME ET SAINT DAMIEN ( 26 septembre)

SAINT CAMILLE DE LELLIS ( 18 juillet)

JOURNEE DE PRIERE POUR LA PAIX (1er janvier)

COMMEMORATION DE BIR-HAKEIM (10 juin)

COMMEMORATION DES FIDELES DEFUNTS ( 2 novembre)

COMMEMORATION DE L’ARMISTICE DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ( 11 novembre)

 

(Extraits du "livre de l'aumônier", rédigé par l'aumônier André Glantenet)

Les militaires sont attachés à leurs traditions, et notamment à leurs fêtes. Ils y voient à juste titre un moyen pour favoriser la cohésion des unités. Certaines de ces fêtes célèbrent le souvenir des vertus militaires illustrées dans des combats héroïques (Camerone, Bazeilles, Sidi Brahim...). La plupart célèbrent la mémoire du saint patron propre à chaque arme ou division d'arme.

Ces saints patrons, dont désignation officielle est souvent récente (postérieure à la deuxième guerre mondiale), peuvent aussi avoir été choisis parmi les patrons de confréries ou de métiers proches de telle ou telle spécialité militaire.

Le plus souvent, la célébration de ces saints reste très vivante, y compris dans sa dimension principalement religieuse. Parfois, la multiplicité des parrainages a pu nuire au culte de l'un et l'autre de ces saints protecteurs. Parfois aussi, la fête profane a pris le pas sur la dimension religieuse et, à ce titre, s'enracine dans des traditions populaires anciennes.

En connaissant mieux ces saints patrons, on sera d'autant plus enclins à les fêter dignement et à s'appuyer sur leur intercession en notre faveur auprès de Dieu.

Les brèves notes qui suivent ne peuvent évidemment suffire à cette connaissance précise que le lecteur intéressé ne manquera pas de trouver dans les innombrables monographies et "vies des saints" qui sont disponibles en librairie ou en bibliothèque.

Toutes les dates des saints patrons

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

18 février 2019

Tous les saints du jour
  • Sainte Bernadette Soubirous - jeune fille à laquelle la Vierge Marie apparut (✝ 1879)
    Fille aînée d'une famille de meunier que l'arrivée des moulins à vapeur jettera dans une extrême pauvreté, Bernadette Soubirous est accueillie en janvier 1858 à l'Hospice de Lourdes, dirigé par les Sœurs de la Charité de Nevers, pour y apprendre à lire et à écrire afin de préparer sa première communion. En février 1858, alors qu'elle ramassait du bois avec deux autres petites filles, la Vierge Marie lui apparaît au creux du rocher de Massabielle, près de Lourdes. Dix huit Apparitions auront ainsi lieu entre février et juillet 1858. Chargée de transmettre le message de la Vierge Marie, et non de le faire croire, Bernadette résistera aux accusations multiples de ses contemporains. En juillet 1866, voulant réaliser son désir de vie religieuse, elle entre chez les Sœurs de la Charité de Nevers à Saint-Gildard, Maison-Mère de la Congrégation. Elle y mène une vie humble et cachée. Bien que de plus en plus malade, elle remplit avec amour les tâches qui lui sont confiées. Elle meurt le 16 avril 1879. Elle est béatifiée le 14 juin 1925 puis canonisée le 8 décembre 1933. Son corps, retrouvé intact, repose depuis 1925 dans une châsse en verre dans la Chapelle. Chaque année, venant du monde entier, des milliers de pèlerins et de visiteurs se rendent à Nevers pour accueillir le message de Bernadette.- Sainte Bernadette Soubirous (1844-1879) De santé fragile, mais entourée de l'amour des siens et d'une foi solide, cette adolescente de quatorze ans rencontra la Vierge à dix-huit reprises à la grotte de Massabielle. Figures de sainteté - site de l'Eglise catholique en France- vidéo du CFRT, Jour du Seigneur, sur la WebTV de la CEF.- "Bernadette Soubirous naquit au moulin de Boly, au pied du château fort de Lourdes le 7 janvier 1844, de François Soubirous, meunier, et de Louise Castérot. Elle avait 14 ans quand l'Immaculée l'appellera à être sa confidente et sa messagère, en février 1858. Elle rentrait alors de Bartrès, où elle avait passé quatre mois chez sa nourrice. Elle habitait alors avec ses parents, ses frères et sœur dans une profonde misère au Cachot.Elle était simple et de santé fragile, mais pleine de bon sens et de joie de vivre. Elle désirait plus que tout faire sa première communion. Le 11 février 1858, alors qu'elle était partie chercher du bois avec sa sœur et une voisine près du rocher de Massabielle, dans la partie supérieure de la grotte, lui apparaît une belle Dame vêtue de blanc. Jusqu'au 16 juillet, 18 apparitions. Le sommet de toutes: le jeudi 25 mars, fête de l'Annonciation où la Vierge Marie se présenta à elle comme étant 'l'Immaculée Conception'.Sainte Bernadette devint célèbre, on parla de miracles... Mais la petite bigourdane choisit de se retirer du monde. Elle partit pour Nevers où elle vivra avec ses sœurs dans l'humilité et la prière, la souffrance aussi, loin de Lourdes et de la grotte de Massabielle. Elle mourut le 16 avril 1879 et fut canonisée en 1933." (diocèse de Tarbes et Lourdes)Saints du diocèse de Tarbes et Lourdes, fichier pdf.Sainte Bernadette (Lourdes 1844 - Nevers 1879)... En juillet 1866, voulant réaliser son désir de vie religieuse, elle entre chez les Sœurs de la Charité de Nevers à Saint-Gildard, Maison-Mère de la Congrégation. Elle y mène une vie humble et cachée. Bien que de plus en plus malade, elle remplit avec amour les tâches qui lui sont confiées. Elle meurt le 16 avril 1879.(diocèse de Nevers) Le site de l'Espace Bernadette à Nevers À Nevers, en 1879, sainte Bernadette Soubirous, vierge. Née à Lourdes d'une famille très pauvre, elle ressentit, toute jeune fille, la présence de la Vierge Marie immaculée dans la grotte de Massabielle, et par la suite, ayant pris l'habit de religieuse, elle mena à Nevers une vie humble et cachée.