• Saints Patrons

Saints Patrons

medaille st michel

Fête d'armes, un peu d'histoire !


Les pages qui suivent sont des extraits du Livre de l'aumônier catholique (Tome III, connaissance des Armées, armes et services - Saints patrons). Ce livre est du à une initiative de l'aumônier André Glantenet et approuvé par le conseil presbytéral du Diocèse aux Armées Françaises en 1998.

 INTRODUCTION : LES FETES D’ARMES ET DE SERVICES

SAINT LOUIS, patron de l'aumônerie catholique française (25 août)

SAINT JEAN DE CAPISTRAN

L’ORIGINE DU “ 2 S ” (2 décembre)

SAINT MAURICE, patron de l'infanterie ( 22 septembre)

COMMEMORATION DE LA BATAILLE DE SIDI-BRAHIM (23 septembre)

COMMEMORATION DE CAMERONE (30 avril)

SAINT ANTOINE, patron de la Légion (17 janvier)

SAINT MICHEL archange, patron des parachutistes (29 septembre)

COMMEMORATION DE BAZEILLES (31 août)

SAINT GEORGES, patron de l'arme blindée et de la cavalerie (23 avril)

SAINTE CLOTILDE ( 4 juin)

SAINTE BARBE, patronne des artilleurs et des sapeurs (4 décembre)

SAINT BERNARD DE MENTHON, patron des troupes de montagne (28 mai)

SAINT-GABRIEL archange, patron des transmissions ( 29 septembre)

SAINT ELOI, patron du matériel, des mécaniciens de l'air et de la marine (1er décembre)

COMMEMORATION DE LA CREATION DE L'ARME DU TRAIN (26 mars)

SAINT-CHRISTOPHE, patron du train ( 25 juillet)

SAINT AMBROISE, patron du cadre spécial (7 décembre)

SAINT JEAN à la porte latine ou SAINT JEAN des imprimeurs (6 mai)

SAINTE VERONIQUE (4 février)

SAINTE CÉCILE (22 novembre)

SAINT-RAPHAEL archange, patron du renseignement ( 29 septembre)

SAINT MARTIN DE TOURS, patron du commissariat (11 novembre)

SAINT JOSEPH DE CUPERTINO ou COPERTINO (18 septembre)

NOTRE-DAME DE LORETTE (10 décembre)

LA MARINE NATIONALE ET LA VIERGE MARIE

ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE (15 août)

SAINTE GENEVIÈVE, patronne de la gendarmerie (26 novembre)

SAINT-LUC , patron du service de santé(18 octobre)

SAINT COME ET SAINT DAMIEN ( 26 septembre)

SAINT CAMILLE DE LELLIS ( 18 juillet)

JOURNEE DE PRIERE POUR LA PAIX (1er janvier)

COMMEMORATION DE BIR-HAKEIM (10 juin)

COMMEMORATION DES FIDELES DEFUNTS ( 2 novembre)

COMMEMORATION DE L’ARMISTICE DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ( 11 novembre)

 

(Extraits du "livre de l'aumônier", rédigé par l'aumônier André Glantenet)

Les militaires sont attachés à leurs traditions, et notamment à leurs fêtes. Ils y voient à juste titre un moyen pour favoriser la cohésion des unités. Certaines de ces fêtes célèbrent le souvenir des vertus militaires illustrées dans des combats héroïques (Camerone, Bazeilles, Sidi Brahim...). La plupart célèbrent la mémoire du saint patron propre à chaque arme ou division d'arme.

Ces saints patrons, dont désignation officielle est souvent récente (postérieure à la deuxième guerre mondiale), peuvent aussi avoir été choisis parmi les patrons de confréries ou de métiers proches de telle ou telle spécialité militaire.

Le plus souvent, la célébration de ces saints reste très vivante, y compris dans sa dimension principalement religieuse. Parfois, la multiplicité des parrainages a pu nuire au culte de l'un et l'autre de ces saints protecteurs. Parfois aussi, la fête profane a pris le pas sur la dimension religieuse et, à ce titre, s'enracine dans des traditions populaires anciennes.

En connaissant mieux ces saints patrons, on sera d'autant plus enclins à les fêter dignement et à s'appuyer sur leur intercession en notre faveur auprès de Dieu.

Les brèves notes qui suivent ne peuvent évidemment suffire à cette connaissance précise que le lecteur intéressé ne manquera pas de trouver dans les innombrables monographies et "vies des saints" qui sont disponibles en librairie ou en bibliothèque.

Toutes les dates des saints patrons

ImprimerE-mail

Saint du Jour

Nominis

Tous les saints du jour
  • Saint Fidèle de Sigmaringen - Capucin, prêtre et martyr (✝ 1622)
    Marc Roy est né à Sigmaringen en Souabe (Allemagne). Il étudia d'abord la philosophie et le droit et commença à Colmar une brillante carrière d'avocat. Il l'abandonne à 34 ans pour entrer chez les Capucins de Fribourg-en-Brisgau, se dépouillant de tous ses biens et prenant le nom de Fidèle. En ce temps-là, la réforme protestante s'étendait dans les pays germaniques. Fidèle se lança dans la controverse, par le ministère de la prédication. Sa parole et son exemple gagnèrent de nombreuses conversions. Même les protestants convaincus étaient séduits par ses paroles et l'appelaient "l'ange de la paix". Pendant dix ans, il parcourut ainsi l'Allemagne du Sud, l'Autriche et la Suisse. Soucieux de la vie spirituelle des fidèles, il rédigea des "Exercices spirituels" selon l'esprit franciscain. Il fut finalement victime de son zèle apostolique. Au cours d'une mission dans le canton des Grisons en Suisse, il fut mis à mort par un petit groupe de protestants fanatiques.Illustration: peinture murale église Saint Venance, Pfärrenbach, Allemagne->Un internaute nous écrit: Marc Rey naquit en 1577, après ses études de droit, il exerça la charge d'avocat à Colmar, avec un tel souci de justice à l'égard des malheureux, qu'on le surnommait l'avocat des pauvres. Ordonné prêtre en 1612, il se dépensa avec ardeur pendant dix années contre l’hérésie protestante. Le 24 avril 1622, dans le bourg de Sévis, il fut arrêté par une bande d'hérétiques fanatisés qui voulurent le contraindre à renier le catholicisme: "Je ne ne crains pas la mort, répondit-il, je défends la vérité qu'ont soutenue les martyrs; ma cause est la leur, leur sort sera le mien". Il fut tué à coups de sabre.Mémoire de saint Fidèle de Sigmaringen, prêtre et martyr. Né à Sigmaringen, Marc Roy, fut avocat à Colmar avant d’entrer chez les capucins de Fribourg-en-Brisgau, où il reçut le nom de Fidèle. Menant une vie austère dans les veilles et la prière, assidu à prêcher la parole de Dieu, il fut envoyé au pays des Grisons, en Suisse, pour y affermir la vérité catholique, pour laquelle il fut massacré à Scewis, en 1622, par un groupe de soldats fanatiques.