Messes
Fêtes d'armes
Soutenir
26
mars

Arme du train

Commémoration de la création de l’Arme du train

Le 26 mars 1807, au quartier général d’Osterode, en Prusse Orientale, Napoléon Ier signait un décret impérial portant création du Train des Équipages des Transports Militaires.  En 1812, après avoir fait la campagne d’Espagne, le Train des Équipages compte 14 bataillons et reçoit un aigle.  Il participe à la campagne de Russie au cours de laquelle il est pratiquement détruit.

Reconstitué, il participe à la conquête de l’Algérie et aux expéditions de Crimée, du Mexique, d’Extrême-Orient, de Madagascar, de Tunisie et du Maroc. En 1875, le Train des Equipages devient une arme, mais il est placé sous la tutelle de l’Artillerie.

Dès 1903, il se motorise et la Grande Guerre de 1914-1918 va rapidement révéler son importance stratégique. Il s’illustre notamment sur la Voie sacrée en 1916, époque où apparaît la première formation de circulation. En 1928, le Train des Equipages fusionne avec le Service Automobile pour former l’arme du TRAIN rattachée à la Cavalerie.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le TRAIN se distingue sur tous les fronts de la campagne de France (1940), d’Afrique du nord, d’Italie, une nouvelle fois de France (1944) et d’Allemagne. En 1945, l’arme du TRAIN devient complètement autonome.

Dès 1946, elle trouve en Indochine un nouveau champ d’expérience et se distingue notamment au Tonkin.
La guerre d’Indochine à peine terminée, le TRAIN participe activement à la campagne d’Algérie au cours de laquelle il met sur pied des formations de transport, de circulation, de livraison par air et neuf bataillons de marche sur le type infanterie.