Plaques commémoratives 14-18 dans les Eglises

plaques commemoratives

Les plaques commémoratives
devenez contributeur

Centenaire 14-18 : fait religieux et foi chrétienne dans la Grande Guerre

bandeau 1914 1918 court fait religieux et foi chrétienne

    Deux aumôniers militaires participent à la 102ème marche internationale de Nimègue

    marche nimegueDu 17 au 20 juillet 2018, deux aumôniers militaires catholiques participent au plus grand événement sportif des Pays-Bas. Cette marche internationale de Nimègue  est encadrée d'une semaine de festivités dans la ville avec plus d'un million de visiteurs.

    La France présente une délégation composée de 320 marcheurs sous un mandat de l'Union Nationale des Officiers et Organismes de Réserve (UNOR)

    La participation des aumôniers gérés par le commissariat des Armées s'inscrit dans le cadre d'une action de communication-cohésion afin de développer la visibilité au sein de la société civile et militaire internationale.

    Imprimer E-mail

    Interview de Mgr de Romanet au journal Le Monde du 10 juillet 2018

    Texte publié par le journal Le Monde daté du 10 juillet, page 14
    d’une interview de l’évêque aux armées réalisée par Nathalie Guibert et Cécile Chambraud

    lien article journal Le Monde  

    Mgr Antoine de Romanet au Journal Le Monde édition du 10 juillet 2018- Quelle est votre vision des armées un an après votre prise de fonctions et vos nombreux déplacements dans les forces ?

    L’armée porte avec incandescence les questions cruciales de notre société : le rapport homme-machine, le commandement et le rapport d’autorité, la cohésion, l’équilibre personnel, la famille. On y est invité en permanence à réfléchir sur les sujets constitutifs de l’existence, le sens de la vie, les raisons de l’engagement, la légitimité de donner la mort, la justification de posséder des armes. Et cela dans une dimension humaine et réaliste. Car sur le terrain, tout seul, je ne suis rien. Le réel, c’est mon compagnon d’armes, que je n’ai pas choisi, dont je ne connais pas ou ne partage pas les convictions religieuses ou philosophiques. Avec lui, je partage mes repas, nous combattons ensemble et nous allons peut-être mourir ensemble. L’armée est un lieu de vérité de la relation qui rend la fraternité non seulement possible, mais nécessaire.

    - L’armée justement fait la guerre aux « terroristes islamistes », comment empêcher certains de penser faire la guerre à l’islam ?

    L’aumônier doit accompagner, participer à la cohésion. La dimension religieuse est dramatiquement manipulée par des esprits totalitaires qui voudraient que le religieux envahisse le champ social et politique. Or ce qui est central dans l’armée, c’est la fraternité d’armes. Il n’y a pas de statistiques sur les appartenances des uns ou des autres, et la réalité à laquelle les militaires sont confrontés les transcende. Les troupes servent des objectifs qui sont ceux de la nation et de ses engagements internationaux, et leur mission l’emporte sur toute autre considération. La réalité militaire illustre le fait qu’on peut dépasser des étiquettes souvent assez artificielles. Cela est d’autant plus vrai qu’un certain nombre de jeunes s’engagent pour se libérer d’un contexte social, familial, culturel. L’armée peut être l’occasion d’une nouvelle vie. Sa dimension de laïcité est essentielle.

     

    Lire la suite

    Imprimer E-mail

    A lire dans EGMIL de Mai Juin 2018

    egmil mai juin 2018 Page 01À propos
    Une vie en plénitude ...........................................1-3
    Diocèse aux armées
    Calendrier et intentions ..........................................4
    Officiel ................................................................5-7
    Informations : Deuils-Hommages-Décorations ..8-9
    Actualités du Diocèse
    Le colonel Beltrame en filigrane .....................10-12 
    Petite histoire autour d’un béret ...........................13 
    Du mouvement à la chancellerie ....................14-15 
    Un trimestre d'immersion dans 
    les aumôneries Visite à la 13ème DBLE  .........16-17 
    Visite aux troupes de montagne .....................18-19 
    Un baptême de promotion à l'Ensoa ...............20-21 
    Consécration d'autel à l'EETAA de Saintes .....22-23 
    Art et aumônerie 
    Saint Georges et le Dragon .............................24-25 
    Centenaire 1914 - 1918 
    « Pour ta mère… » ……………………………....26-27
    voir tous les EGMIL 

    Imprimer E-mail

    Des aumôniers militaires catholiques au Festival International du Livre Militaire les vendredi 20 et samedi 21 juillet 2018

    FILM 9editionLe Festival international du livre militaire [ F.I.L.M ], créé en 2010, aura lieu les vendredi 20 et samedi 21 juillet 2018 dans le cadre des festivités du Triomphe qui marquent la fin de l’année scolaire des élèves-officiers de l’armée de Terre. Cet événement constitue une plate-forme d’échanges et de rencontres visant à mieux faire connaître l'armée, mais aussi à susciter l’intérêt du public pour les questions de défense.

    Dans une librairie spécialisée de 800m², les auteurs et maisons d'édition proposerons une programmation variée, gratuite et accessible à tous afin de faire découvrir l’apport militaire à la culture générale passée, présente et future sous toutes ses formes : thèses, livres d’histoire, essais, romans, BD, espace jeunesse, photos, films…

    Un grand moment culturel à découvrir en famille pour cette 9ème édition du Festival !

    Imprimer E-mail

    Saint du Jour

    Nominis

    Tous les saints du jour
    • Bienheureuse Charlotte - et ses compagnes, Carmélites de Compiègne, martyres (✝ 1794)
      Anne Marie Madeleine Françoise Thouret, en religion Sœur Charlotte de la Résurrection est née en 1715 à Mouy dans le diocèse de Beauvais. Lorsqu'éclate la Révolution française, en 1789, la communauté du Carmel de Compiègne compte 21 religieuses. 18 monteront sur l'échafaud. Conformément au décret du 13 février 1790 qui supprime les Ordres religieux contemplatifs, chaque carmélite est invitée à déclarer si son intention est de sortir de son monastère. Toutes affirment "vouloir vivre et mourir dans cette sainte maison." En 1792, la Mère prieure leur propose "un acte de consécration par lequel la communauté s'offrirait en holocauste pour que la paix divine, que le Fils de Dieu était venu apporter au monde, fut rendue à l'Église et à l'État." Le 14 septembre 1792, elles sont expulsées de leur couvent. Chaque jour, elles prononcent l'acte d'offrande. Le 23 juin 1794, au temps de la Grande Terreur, elles sont arrêtées. Jugées et condamnées à mort le 17 juillet, elles sont guillotinées le soir même, sur la place de Nation à Paris. Leurs corps furent enterrés au cimetière de Picpus dans une fosse commune, où ils se trouvent encore dans le jardin des religieuses. Carmélites de Compiègne.À Paris, en 1794, les bienheureuses Thérèse de Saint-Augustin (Marie-Madeleine-Claudine Lidoine) et quinze compagnes: les bienheureuses Marie-Anne-Françoise Brideau (Sœur Saint-Louis), Marie-Anne Piedcourt (Sœur de Jésus Crucifié), Anne-Marie-Madeleine Thouret (Sœur Charlotte de la Résurrection), Marie-Claudie-Cyprienne Brard (Sœur Euphrasie de l’Immaculée-Conception), Marie-Gabrielle de Croissy (Sœur Henriette de Jésus), Marie-Anne Hanisset (Sœur Thérèse du Cœur de Marie), Marie-Gabrielle Trézelle (Sœur Thérèse de Saint-Ignace), Rose Chrétien de Neufville (Sœur Julie-Louise de Jésus), Annette Pelras (Sœur Marie-Henriette de la Providence), Marie-Geneviève Meunier (Sœur Constance), Angélique Roussel (Sœur Marie du Saint-Esprit), Marie Dufour (Sœur Sainte-Marthe), Élisabeth-Julie Vérolot (Sœur Saint-François), Catherine et Thérèse Soiron (sœurs converses), vierges, carmélites de Compiègne et martyres. Sous la Révolution française, elles furent condamnées à mort parce qu’elles avaient conservé fidèlement la vie religieuse et, avant de monter à l’échafaud, elles renouvelèrent leur profession de foi baptismale et leurs vœux religieux.

    Les lectures du jour

    Fil d'actualité introuvable