• Pèlerinages régionaux
  • Mont Saint Michel

le Mont Saint Michel

Pèlerinage militaire régional

Messe à l’église Notre-Dame de Genêts (50) puis départ de la traversée depuis le Bec d’Andaine vers le Mont-Saint-Michel 

 

 

Tous les ans, peu après la rentrée scolaire, les militaires de la région Ouest, se retrouvent lors du traditionnel pèlerinage dans la baie du Mont St Michel.
Sur les pas du Christ...
... malgrè vents et marées !

pèlerinage au Mont Saint Michel
©Bruno Bourdeau

pèlerinage au Mont Saint Michel

Marine Nationale - C. Vaverlde

Un millier de personnes, militaires, familles de militaires ou civils vont traverser ensemble la baie du Mont St Michel, depuis la cote jusqu'à l'abbaye.

 

Tous ensemble, du général au simple deuxième classe, de 7 ans à 77 ans, hommes, femmes, enfants, étudiants en école militaire ou cadre à la retraite... Tous ensemble ils ont traversé la baie.

Pèlerinage au Mont Saint Michel 2000
Marine Nationale - C. Vaverlde

pèlerinage
© Bruno Bourdeau

"La Foi n'est pas perceptible ou mesurable. Il n'y a pas de compteur dédié à la Foi. Et pourtant au cours de la marche, l'esprit ou l'imagination se plait à regarder les uns et les autres. On ressent des impressions profondes qui laisse deviner que les niveaux de Foi sont mélangés. Il y a ceux qui ont une Foi discrète, voire secrète ; ceux qui ont une foi ostensible ceux qui sont là tout bonnement pour accompagner ceux qui ont une Foi perceptible, pour essayer d'en reetirer une parcelle ou une étincelle ; ceux qui ne se posent pas de questions et estiment que l'on peut, parfois, se suffire du bonheur des autres ; ceux qui s'interrogent en se disant simplement que si Dieu n'existe pas, pourquoi eux existent-ils ?"
R. Kuntzmann (EGMIL dec 2000)

pèlerinage au Mont Saint Michel

pèlerinage au Mont Saint Michel

© Bruno Bourdeau

Pour plus de renseignement, s'adresser à
l'aumônerie régionale Ouest

Renseignements et inscription 
dans les aumôneries ou auprés du régional

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

Tous les saints du jour
  • Saint Jude - "Thaddée", apôtre (1er s.)
    Jude est aussi appelé Thaddée pour le distinguer de Judas. Avec Simon, il appartenait sans doute à ces zélotes qui refusaient l'occupation romaine, mais le message du Christ fut pour lui la découverte de l'universalité de l'amour de Dieu. Saint Jean nous rapporte la question de saint Jude lors de la dernière Cène: «Pourquoi te découvres-tu à nous et non pas au monde?» (Jean 14.22). Jésus y répondra indirectement: «Si quelqu'un m'aime, il gardera mon commandement». Dans la liste des apôtres, ils sont côte à côte et la tradition les fait mourir ensemble en Perse. A lire:- Saints Simon et Jude, une catéchèse de Benoît XVI prononcée le 11 octobre 2006, sur ces deux apôtres souvent mal connus - site 'Jeunes cathos'- Épître de saint Jude 28 octobre: fête des saints Simon et Jude, Apôtres. Le premier était surnommé le Zélote; le second, fils de Jacques, appelé aussi Thaddée, interrogea le Seigneur à la dernière Cène sur sa manifestation et Jésus lui répondit: “Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui”.
  • Saint Romuald - Fondateur des Camaldules (✝ 1027)
    Ce jeune homme plein d'avenir de la noblesse de Ravenne assiste à 20 ans au meurtre d'un de ses parents. Bouleversé, il se fait moine au monastère bénédictin de Saint-Apollinaire in Classe. Ne trouvant pas au monastère l'austérité parfaite que recherche sa soif d'absolu, il le quitte au bout de trois ans et se fait ermite, pérégrinant dans la lagune vénitienne. En 978, avec quelques compagnons, il part pour le monastère de Saint Michel de Cuxa dans les Pyrénées où il vit en ermite une dizaine d'années. Lorsqu'il décide de regagner Ravenne pour des raisons familiales, sa réputation de sainteté est si bien établie que des paysans pyrénéens tentent de l'assassiner pour garder au moins ses reliques. Romuald parcourt alors l'Italie, ramenant nombre d'ermites à une vie régulière en adaptant la Règle de Saint Benoît aux exigences de la vie solitaire. Sa rigueur, effrayante parfois, est à la mesure de sa soif d'absolu toujours plus délirante. Vers 1012, un grand seigneur lui fait don d'un domaine à Camaldoli en Toscane, dont il fera le premier ermitage des Camaldules. Troublé dans sa solitude par de nombreux visiteurs, il se retire dans un monastère isolé où il mourra. Saint Pierre Damien, l'un de ses plus illustres disciples, écrira sa vie.Illustration: saint Romuald et l'ermitage (détail huile sur toile) sacré ermitage de CamaldoliMémoire de saint Romuald, anachorète et père des moines camaldules. Né à Ravenne, après une jeunesse dissipée, il entendit l’appel du Seigneur, qui se confondit pour lui avec l’appel à la vie érémitique. Pendant des années, il parcourut l’Italie, fondant de petits monastères, cherchant partout, avec une ardeur infatigable, à promouvoir la vie évangélique parmi les moines. Il acheva sa vie de solitude au monastère de Val del Castro dans les Apennins, en 1027.