Soutenez-nous !

 

Denier Toussaint 2019 extérieur

L'Eglise et l'arme nucléaire - Réflexions de Mgr Antoine de Romanet

nuclear threat

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

Communiqué de Mgr Luc Ravel

mgr ravelUn article paru dans le Parisien du 17 mai 2012 (page 15) évoquant des faits de bizutage dans une caserne de la BSSP en 1989, comporte une phrase insidieuse mettant en cause l’aumônier.

Dans un souci de transparence absolue et face à cette attaque indirecte de l’Eglise, monseigneur Luc Ravel, évêque aux armées françaises, s’indigne.

Après s’être renseigné auprès des autorités compétentes, Mgr Ravel affirme que l’aumônier a parfaitement tenu son rôle en faisant remonter les faits au commandement.

 

A cette époque, la victime avait prévenu ses parents qui eux-mêmes ont averti l’aumônier. L’aumônier a prévenu le chef de centre et ainsi les faits sont remontés à l’Etat-Major qui a sanctionné les personnes incriminées selon une version des faits différente de celle que vient de révéler l’ancien pompier dans la presse. Il n’y a pas eu de dépôt de plainte à cette époque.

 

L’aumônier militaire à qui l’on confie des faits mettant directement en cause la dignité des personnes, n’a pas le droit de les exposer sur la place publique. Par contre, il a le devoir d’en informer aussitôt sa hiérarchie. C’est bien ce qui a été fait en 1989 dans l’affaire en référence.

Imprimer E-mail