2020 : 2 raisons d’emporter Jeanne d’Arc avec nous

jeanne darc recoupée

A l’occasion de l’ouverture du centenaire de la canonisation de Jeanne d’Arc, l’aumônerie de l’Ecole militaire à Paris a organisé le 6 janvier 2020, un colloque sur le sujet “Jeanne d’Arc vue à travers ses procès”.

Nous vous proposons de découvrir un extrait de l'intervention du P. Benoîst Galvan, aumônier en chef adjoint Terre :

"Chacun de nous porte un talent au fond de lui, chacun doit réaliser qu’elle est la place utile qu’il doit occuper. Il y a des années de cela, en Haute-Savoie un confrère prêtre et moi-même alors que nous étions un peu en altitude et par un temps plutôt froid, regardions un âne dans son pré. Je lui faisais la réflexion qu’il valait mieux être homme que âne car ce n’était pas une vie très exaltante que de de grelotter dans son champs. Et ce prêtre de me répondre que cet âne était bien à sa place parce qu’il faisait ainsi ce pour quoi Dieu l’avait créé. Et au fond, chers amis, cela m’a fait réfléchir sur ma condition d’homme. Suis-je à ma place et est-ce que je fais ce pourquoi Dieu m’a donné l’existence ?

Jeanne d’Arc est allée jusqu’au bout de sa mission et elle peut nous inspirer ce respect qu’on doit avoir pour se réaliser là où nous devons être. Elle nous inspire, c’est vrai, plus le sens du devoir que celui des droits individuels.

Elle incarne aussi la foi dans son pays. Elle croit, elle sait, la légitimité du Roi de France.

Colloque Jeanne dArc

Près de 400 personnes étaient présentes à l'Ecole militaire pour le colloque sur Jeanne d'Arc

Ce n’est pas un désamour des autres royaumes, sa réponse lors de son procès le dit assez : « de l’amour ou de la haine que Dieu a pour les Anglais, je n’en sais rien ; mais je sais bien qu’ils seront tous boutés hors de France, excepté ceux qui y périront » et aussi les lettres qu’elle leur envoya au siège d’Orléans pour les supplier de renoncer sans quoi il leur arriverait grand malheur.

Pour le chrétien, l’amour de la patrie est assimilé au 4ème commandement, c’est-à-dire à l’amour et au respect des parents. Aimer et servir son pays, voilà une grande nécessité pour notre temps et cela n’est pas réservé aux chrétiens. Jeanne d’Arc doit être, avec d’autres grandes figures de notre histoire, une occasion de fierté pour notre pays et une force pour nous aider à nous mettre à son service, à vouloir le voir grand au milieu des autres nations, non pas pour les écraser mais parce que notre histoire, notre art de vivre, notre culture, notre langue, nos idéaux, nos monuments, notre génie national sont une richesse pour les civilisations et nous voyons bien comment l’incendie de Notre-Dame a ému bien au-delà de nos frontières.

Elle incarne cet amour de la Patrie même quand il semble que la Patrie l’abandonne et elle nous montre ainsi le vrai visage de l’amour qui est d’aimer l’autre pour lui-même et non pour les avantages que nous pouvons en tirer. Elle nous dit d’aimer la France même quand celle-ci n’est pas aimable, même quand celle-ci semble trahir son histoire, parce que la France c’est plus que des empilements de lois, c’est plus que les hommes et les femmes qui la représentent ou que les hommes et les femmes qui la composent, avec leur médiocrité, leur bassesse, leurs erreurs et leurs limites. Charles VII, c’était certes le roi de France, mais toute la France ce n’est pas seulement Charles VII.

Voilà au moins deux raisons d’emporter Jeanne d’Arc avec nous tout au long de cette année 2020 et au-delà encore."

Benoît Galvan

Intervention de Benoît Galvan

 

Imprimer