Soutenez-nous !

 

Denier Toussaint 2019 extérieur

L'Eglise et l'arme nucléaire - Réflexions de Mgr Antoine de Romanet

nuclear threat

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

  • Chapelle du Val de Grâce

Chapelle du Val-de-Grâce

Le Val de Grâce

val_de_grace_face

Cet important Hôpital d'Instruction des Armées du Vème arrondissement de Paris, était en fait jusqu'en 1789 un vaste couvent de religieuses bénédictines situé dans le faubourg Saint Jacques.

Fondé en 1621 et embelli tout au long du XVIIème siècle par la reine Anne d'Autriche, épouse de Louis XIII et mère de Louis XIV, il fut sans conteste le plus "ambitieux" des grands chantiers religieux de la capitale.

Autrefois témoignage d'une royale dévotion, cet ensemble admirable par l'ampleur de son monastère, par la magnificence de son église et surtout par la haute maîtrise des ateliers qui y travaillèrent, est aujourd'hui reconnu comme "une des plus belles réussites artistiques du siècle de Louis XIII" (Claude Mignot).

Cette vaste entreprise réunit les meilleurs artistes connus à Paris au milieu du XVIIème siècle : les architectes Mansart, Lemercier, Le Muet ; les sculpteurs issus de la maîtrise, les frères Anguier de la ville royale d'Eu et le flamand De Buyster ; les peintres religieux Jean-Baptiste et Philippe de Champaigne, Pierre Mignard Le Romain ; et beaucoup d'autres encore, maîtres artisans des grandes corporations appelés plus tard à Versailles.

 val_de_grace_dos

Célèbre et prospère jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, l'abbaye Notre Dame du Val de Grâce, pourtant mausolée royal comme la basilique de Saint Denis, fut épargnée par les destructions révolutionnaires.

Le 31 juillet 1793, la Convention prit la décision capitale d'affecter les bâtiments du couvent du Val de Grâce à un hôpital militaire : l'ensemble architectural du Val de Grâce était préservé mieux encore que l'abbaye voisine de Port Royal devenue en 1795 maison pour enfants trouvés, puis maternité en 1818, alors que disparaissaient totalement les couvents des Feuillantines, des Ursulines et des Carmélites du quartier Saint Jacques.

La construction de 1974 à 1978 d'un hôpital neuf et indépendant, permit de rendre à l'ensemble monastique son autonomie. Une complète et récente restauration en 1996, acheva de lui rendre sa beauté…

Article extrait d'un dossier intitulé :

Le plus beau monastère de Paris
Le Val de Grâce : l'œuvre d'une reine.

Ecrit par madame Christine Labeille

©EGMIL avril-mai-juin 2000

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

25 janvier 2020

Tous les saints du jour
  • Conversion de Saint Paul -
    Six ans après l'Ascension, l'Église reçoit du Christ une grâce particulière qui sera déterminante pour l'avenir. Sur le chemin de Damas, le pharisien Saul de Tarse, qui avait obtenu des lettres de mission pour persécuter les sectateurs du charpentier de Nazareth, est jeté à bas de son cheval par un éblouissement de lumière. Toute la doctrine de saint Paul découlera de l'extraordinaire dialogue qui s'en suivit. L'Église et le Christ ne font qu'un et c'est ce Corps Mystique qui sera l'une des bases de l'ecclésiologie de saint Paul. C'est la résurrection qui s'affirme à lui comme une réalité incontournable. C'est un vivant qui lui parle et l'humanité du Christ s'établit dans la gloire de la divinité. L'Évangile s'impose avec une telle intensité qu'il en est aveuglé et terrassé jusqu'au moment où la lumière baptismale lui révèlera le mystère.Illustration: La Conversion de saint Paul sur la route de Damas - Le Caravage.Cité du Vatican, le 25 janvier 2009 - Le saint-Père a consacré l'angélus dominical à la conversion de Paul célébrée aujourd'hui, et à la semaine de prière pour l'unité des chrétiens qui se termine aussi. Commentant le récit de Marc, où le Christ invite à la conversion et à croire en l'Évangile, il a expliqué aux fidèles réunis Place St.Pierre que, dans le cas de Paul, "certains préfèrent ne pas utiliser le terme conversion. Ils soutiennent qu'il était déjà croyant, et même un juif fervent. Parce qu'il n'est pas passé de l'absence de foi à la foi, des idoles à Dieu, et qu'il n'a pas dû abandonner la foi juive pour adhérer au Christ. En réalité, l'expérience de l'Apôtre peut servir de modèle pour chaque véritable conversion chrétienne"."Saul -a-t-il poursuivi- s'est converti parce que, grâce à la lumière divine, il a cru en l'Évangile. C'est en cela que consiste sa conversion et la nôtre: croire en Jésus mort et ressuscité et s'ouvrir à l'éclairage de sa grâce divine. A ce moment, Saul a compris que son salut ne dépendait pas des bonnes œuvres accomplies selon la loi, mais du fait que Jésus était mort pour lui aussi, le persécuteur, et qu'il était et est ressuscité. Cette vérité qui, grâce au baptême, éclaire l'existence de chaque chrétien, rejaillit complètement sur notre façon de vivre". Se confier à la puissance du pardon du Christ signifie "pouvoir sortir des sables mouvants de l'orgueil et du péché, du mensonge et de la tristesse, de l'égoïsme et de toute sécurité illusoire, pour connaître et vivre la richesse de son amour". "Cette invitation à la conversion, avalisée par le témoignage de saint Paul, résonne aujourd'hui en conclusion de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens, particulièrement importante aussi au plan œcuménique. L'apôtre nous indique l'attitude spirituelle adéquate pour progresser dans la voie de la communion. "Je n'en ai sûrement pas encore fait la moitié, écrit-il aux Philippiens; je ne suis pas arrivé à la perfection, mais je m'efforce de courir pour l'atteindre parce que moi aussi j'ai été atteint par Jésus-Christ. Certes, nous, chrétiens, nous n'avons pas encore atteint l'objectif de la pleine unité, mais en nous laissant continuellement convertir par le Seigneur Jésus, nous y arriverons sûrement".(Source: VIS 090126 - 380)Fête de la Conversion de saint Paul, Apôtre. Quand il faisait route vers Damas, animé d'une rage meurtrière contre les disciples du Seigneur, Jésus en personne se révéla à lui dans sa gloire et le choisit pour que, rempli de l'Esprit Saint, il annonce parmi les nations l'Évangile du salut, en souffrant beaucoup pour le nom du Christ.