Messes
Fêtes d'armes
Soutenir

« Ceux qui, apparemment, sont cachés ou en « deuxième ligne » jouent un rôle inégalé dans l’histoire du salut. »

Nicolas Sachot est aumônier militaire laïc investi en gendarmerie et père de famille. Nous l’avons interrogé suite à la publication de la lettre apostolique « Avec un cœur de Père », publiée au mois de décembre par le pape François.

Saint JosephLe pape François a publié mardi 8 décembre 2020 une lettre apostolique intitulée « Patris corde » (avec un cœur de Père), quelle invitation le militaire chrétien peut-il y trouver ?

Le Pape François commence sa lettre apostolique par « Avec un cœur de Père », c’est peut-être de cette manière que les militaires peuvent être touchés. Un cœur de Père avec leur camarades, leurs subordonnés. Mais aussi dans leur famille… Joseph était un homme juste, bon et entièrement dévoué à la volonté du Seigneur. Dans cette année, nous pouvons tous réfléchir à notre vocation d’ homme, de militaire, de chrétien et de parent.

Quel est, quels sont nos chemins de sainteté. Portés par la foi, l’espérance et la charité comme Père, comme militaire, comme chrétien, nous sommes invités à relire notre vie sous le regard de saint Joseph. Comme patron de l’Église catholique, il peut interroger notre foi. Comme modèle de paternité, il peut interroger nos pratiques familiales, comme patron des travailleurs et père adoptif de Jésus, il peut interroger notre commandement, nos relations professionnelles.

Avec les nombreux déplacements inhérents au métier des armes, comment le gendarme et le militaire chrétien peuvent-ils combiner leur vocation professionnelle et leur vocation de père de famille ?

Nos militaires sont souvent absents, absorbés par les contraintes et les difficultés de leur métier. Avoir un cœur de Père, c’est être disponible aux siens, être vraiment présents auprès des enfants. Cela ne demande pas forcement beaucoup de temps, mais ce temps doit être exclusif, véritable, aimant. N’avoir dans ces moments de l’attention que pour eux. Les gendarmes connaissent bien ces familles ou le père est toute la journée à la maison, mais où la communication avec les enfants est nulle. Saint Joseph nous montre le cap. Il a entouré Jésus de beaucoup d’amour, de règles, d’attentions. Il a surtout été un modèle de courage et de foi. Sa vie a été ponctuée par des renoncements. Il décide tout en réponse aux appels du Seigneur. Il garde Marie, il fuit son pays, Il revient des années plus tard quand le danger est écarté. Mais tout cela, il le fait dans l’ombre de Jésus, son Fils bien aimé.

En saint Joseph, quel modèle de paternité pour le militaire chrétien ?

Saint Joseph était entièrement donné aux siens. L’amour pousse à l’abnégation. Il n’est pas toujours facile d’être parent (j’ai deux ados à la maison….), il faut tenir le cap face à nos valeurs, nos priorités et en même temps, il faut faire preuve de beaucoup de souplesse, d’écoute, de bon sens. Saint Joseph peut nous aider à méditer, à temporiser, parfois à relativiser avant que les fractures ne soient difficiles à consolider.

Quelle citation du pape dans sa lettre apostolique vous a le plus marqué ?

Saint Joseph nous rappelle que ceux qui, apparemment, sont cachés ou en « deuxième ligne » jouent un rôle inégalé dans l’histoire du salut.

Par ces mots, le Pape nous rappelle à tous notre vocation à la sainteté. Pauvres ou riches, faibles ou puissants, là où nous sommes, nous sommes tous invités à choisir le bon chemin qui s’ouvre à nous. La vie est faite de décisions, de discernements qui nous obligent. Prenons le temps de la réflexion puis assumons les choix qui nous mènent vers le Père, ou nous écartent de Lui.