drapeaux pmi 59 lourdes lacaze

  • Evêque aux Armées Françaises

biographie de mgr Luc Ravel

Mgr Luc RAVEL (C.R.S.V.), évêque aux armées françaises

mitre crosseNé le 21 mai 1957 à Paris dans une famille de 7 enfants, il est le fils du général Roger RAVEL et de Mme née Juliette FABRE. 

Entré à l’Ecole Polytechnique, promotion X-77, il effectue son service militaire au 1er RCP(1) , puis choisit l’Ecole nationale supérieure du pétrole et des moteurs dont il sort ingénieur diplômé. Il poursuit des études de philosophie et de théologie à l’abbaye Saint-Pierre de Champagne, en Ardèche, et à l’Université de Poitiers où il obtient une maîtrise de philosophie. 

Il prononce sa profession solennelle le 7 décembre 1985 chez les chanoines réguliers de Saint-Victor, ordre affilié à la confédération des chanoines réguliers de Saint-Augustin, et est ordonné prêtre le 25 juin 1988. 

Prieur du prieuré au collège Saint-Charles-de-Porrentruy (Jura suisse) de 1988 à 1991, il devient prieur et curé du prieuré Marie-médiatrice à Montbron (diocèse d’Angoulême). 

A l’abbaye Saint-Pierre de Champagne (diocèse de Viviers), il en est le sous-prieur (1996 – 2003), maître des novices (1996 – 2007) et responsable de la formation (1996 – 2009). 

Initiateur du mouvement « Notre-Dame de l’écoute » pour les personnes seules depuis 1996, il est aussi directeur des pèlerinages pour sa congrégation des Chanoines réguliers de Saint-Victor (1996 – 2009). 

mgr luc ravel armeNommé aumônier en chef du culte catholique et évêque aux armées le 7 octobre 2009, il a été consacré évêque le 29 novembre 2009 par le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris. 

Son diocèse représente plus d’un million de personnes en comptant les soldats et leurs familles. Sa juridiction s’étend partout où flottent les drapeaux, étendards et pavillons de nos armées. Malgré l’étendue de son diocèse aux dimensions de la planète, Mgr RAVEL a à cœur de visiter très régulièrement les soldats. 

219 aumôniers l’aident dans sa mission de soutien spirituel et moral des soldats et de conseil au commandement, dont 130 prêtres, 23 diacres et 66 laïcs. 

Président du Pèlerinage Militaire International, il accueille chaque année à Lourdes les délégations de plus de 40 pays, ce qui représente plus de 12 000 militaires et civils de la Défense et leurs familles et militaires étrangers. 

Pendant ce pèlerinage, temps fort de l’aumônerie militaire catholique, il apporte son soutien aux soldats blessés avec l’aide des membres de l’Hospitalité Notre-Dame des Armées et propose les sacrements de l’initiation chrétienne. 

Il est un contact privilégié du Ministre de la Défense français et du chef d’Etat-major des armées. 

Dans le cadre de sa mission d’Evêque aux armées, il a publié deux lettres pastorales :

  • « En terre de laïcité » (2)  en 2009 ;
  • « Les temps sont durs mais Dieu est bon »  (3) en 2012.

Dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre, il a rédigé :

  • « Cent ans après. Mémoire chrétienne de la Grande Guerre » pour Document Épiscopat en 2014 ;
  • Il est sollicité pour de nombreuses conférences. 

1 RCP (Régiment de chasseurs parachutistes) situé aujourd’hui à Pamiers.

2 Luc RAVEL, « Lettre offerte à tous les hommes de paix et en particulier à tous les militaires qui risquent leur vie pour la paix. Sur les apports entre les religions au sein d’un Etat de droit. », 2009.

3 Voir http://www.niobium.fr/lectures/public/armees/armees_lettre_pastorale_2012.pdf

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

Tous les saints du jour
  • Saint Ferdinand III le Saint - Roi de Castille et de Léon (✝ 1252)
    Roi de Castille et de Léon, cousin du roi saint Louis. Il libéra Cordoue et Séville occupées par les Maures depuis cinq siècles et y planta la Croix du Christ.Ferdinand III (1198-1252)  -  Roi de Castille et de Léon, il reconquiert l'Espagne de Cordoue jusqu'à Séville, fonde l'université de Salamanque et construit la cathédrale de Burgos. Canonisé en 1671. (diocèse de Poitiers- quelques saints du Poitou et d'ailleurs)Voir aussi:Site de l'église saint Ferdinand des Ternes (Paris) - Saint Ferdinand, roi de Castille et de Léon (1198 - 1252) À Séville en Espagne, l’an 1252, saint Ferdinand III, roi de Castille et de León, prudent dans l’administration de son royaume, protecteur des arts et des sciences, attentif à diffuser la foi.
  • Sainte Jeanne d'Arc - Vierge (✝ 1431)
    Fille d'humbles paysans de Lorraine, ("on m'appelait Jeannette") elle entendit des voix mystérieuses alors qu'elle n'avait que 13 ans. Saint Michel, Sainte Catherine et Sainte Marguerite, pendant trois ans lui demandèrent de libérer la France et de faire sacrer le roi à Reims. A Chinon, premier prodige, le roi donne une armée à cette bergère de 16 ans, ignorante des lois de la guerre. En huit jours, au début du mois de mai, elle délivre Orléans assiégée depuis sept mois. En juillet, Charles VII est sacré roi à Reims. Après les réussites difficiles, vint le temps des épreuves. Le roi abandonne Jeanne, un an après Orléans, elle est faite prisonnière à Compiègne, livrée aux Anglais, passe un an en prison, courageuse, héroïque dans sa pureté devant les tentatives des soldats. Sous prétexte qu'elle s'habille en homme, elle est condamnée comme hérétique. Seule lui reste la foi et l'encouragement de ses voix. Elle meurt brûlée vive à 19 ans, à Rouen le 30 mai 1431. Illustration: Jeanne d’Arc en prière (statue de la crypte à Domrémy, diocèse de Saint-Dié)- Vidéo: Panégyrique de Sainte Jeanne d'Arc par le cardinal André Vingt-Trois, webTV de la CEF.Jeanne d'Arc est fêtée par la République Française le deuxième dimanche de mai, fête nationale de Jeanne d'Arc et du patriotisme (loi du 10 juillet 1920); la date de Sainte Jeanne d'Arc fixée par le martyrologe de l’Église catholique est le 30 mai date anniversaire de sa naissance au ciel (c'est à dire de sa mort).Tout au long de l’année 2012, des manifestations étaient prévues en France pour commémorer le sixième centenaire de la naissance de sainte Jeanne d’Arc. (portail de l’Église catholique en France)A lire aussi:- Benoît XVI: sainte Jeanne est une des figures caractéristiques de ces 'femmes fortes' qui 'à la fin du Moyen Age, portèrent sans peur la grande lumière de l’Évangile dans les évènements complexes de l’Histoire'... Sainte Jeanne d’Arc nous apprend que lorsque le pays est marqué par la division et par le découragement et la résignation, la foi qui puise à la Sagesse divine offre au chrétien la capacité de trouver les moyens extraordinaires d’intelligence et de force, pour offrir des raisons d’une nouvelle espérance pour la société... (Homélie pour la fête de Sainte Jeanne d’Arc 2012, Mgr Luigi Ventura)- Centre spirituel de Domrémy - Un peu d’histoire : 27 janvier 1894 Jeanne est déclarée "vénérable" par Rome, 18 avril 1909 béatification de Jeanne d’Arc à Saint-Pierre de Rome, 30 mai 1920 canonisation de Jeanne d’Arc.- "Sainte Jeanne d’Arc fut canonisée en 1920, quatre siècles après sa mort et à la fin d’une longue polémique entre ceux qui, comme l’historien Michelet, célébraient en elle la fille du peuple de France et ceux qui, avec les Évêques d’Orléans, en commençant par Mgr Dupanloup, voyaient surtout en elle une vraie fille de l’Église. Les temps du procès, de béatification et de canonisation furent des temps de luttes anticléricales: expulsion des religieux et loi de Séparation de l’Église et de l’Etat, en 1905."La sainteté comme suprême forme de sagesse (Homélie de Mgr Lluis Martinez-Sistach)- Jeanne d'Arc, brûlée en 1431, ne sera béatifiée qu'en 1909 puis canonisée, c'est-à-dire inscrite sur la liste des saints de l'Église, en 1920. Les églises du diocèse de Poitiers possédant une représentation de Jeanne d'Arc sont très nombreuses. (diocèse de Poitiers- quelques saints du Poitou et d'ailleurs)- en 1922, Pie XI reconnaît officiellement la Vierge Marie en son Assomption comme patronne de la France et Jeanne d’Arc comme patronne secondaire; (en latin) Acta Apostolicae Sedis, Commentarium Officiale, pages 185 et 708, lettre apostolique Galliam, Ecclesiae filiam.À Rouen, en 1431, sainte Jeanne d’Arc, vierge, appelée la pucelle d’Orléans, qui combattit avec force pour sa patrie, mais, livrée au pouvoir des ennemis et condamnée à mort par un tribunal ecclésiastique inique, malgré la simplicité de sa foi et son attachement à l’Église, elle mourut sur le bûcher à l’âge de dix-neuf ans.