• Evêque aux Armées Françaises

biographie de mgr Luc Ravel

Mgr Luc RAVEL (C.R.S.V.), évêque aux armées françaises

mitre crosseNé le 21 mai 1957 à Paris dans une famille de 7 enfants, il est le fils du général Roger RAVEL et de Mme née Juliette FABRE. 

Entré à l’Ecole Polytechnique, promotion X-77, il effectue son service militaire au 1er RCP(1) , puis choisit l’Ecole nationale supérieure du pétrole et des moteurs dont il sort ingénieur diplômé. Il poursuit des études de philosophie et de théologie à l’abbaye Saint-Pierre de Champagne, en Ardèche, et à l’Université de Poitiers où il obtient une maîtrise de philosophie. 

Il prononce sa profession solennelle le 7 décembre 1985 chez les chanoines réguliers de Saint-Victor, ordre affilié à la confédération des chanoines réguliers de Saint-Augustin, et est ordonné prêtre le 25 juin 1988. 

Prieur du prieuré au collège Saint-Charles-de-Porrentruy (Jura suisse) de 1988 à 1991, il devient prieur et curé du prieuré Marie-médiatrice à Montbron (diocèse d’Angoulême). 

A l’abbaye Saint-Pierre de Champagne (diocèse de Viviers), il en est le sous-prieur (1996 – 2003), maître des novices (1996 – 2007) et responsable de la formation (1996 – 2009). 

Initiateur du mouvement « Notre-Dame de l’écoute » pour les personnes seules depuis 1996, il est aussi directeur des pèlerinages pour sa congrégation des Chanoines réguliers de Saint-Victor (1996 – 2009). 

mgr luc ravel armeNommé aumônier en chef du culte catholique et évêque aux armées le 7 octobre 2009, il a été consacré évêque le 29 novembre 2009 par le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris. 

Son diocèse représente plus d’un million de personnes en comptant les soldats et leurs familles. Sa juridiction s’étend partout où flottent les drapeaux, étendards et pavillons de nos armées. Malgré l’étendue de son diocèse aux dimensions de la planète, Mgr RAVEL a à cœur de visiter très régulièrement les soldats. 

219 aumôniers l’aident dans sa mission de soutien spirituel et moral des soldats et de conseil au commandement, dont 130 prêtres, 23 diacres et 66 laïcs. 

Président du Pèlerinage Militaire International, il accueille chaque année à Lourdes les délégations de plus de 40 pays, ce qui représente plus de 12 000 militaires et civils de la Défense et leurs familles et militaires étrangers. 

Pendant ce pèlerinage, temps fort de l’aumônerie militaire catholique, il apporte son soutien aux soldats blessés avec l’aide des membres de l’Hospitalité Notre-Dame des Armées et propose les sacrements de l’initiation chrétienne. 

Il est un contact privilégié du Ministre de la Défense français et du chef d’Etat-major des armées. 

Dans le cadre de sa mission d’Evêque aux armées, il a publié deux lettres pastorales :

  • « En terre de laïcité » (2)  en 2009 ;
  • « Les temps sont durs mais Dieu est bon »  (3) en 2012.

Dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre, il a rédigé :

  • « Cent ans après. Mémoire chrétienne de la Grande Guerre » pour Document Épiscopat en 2014 ;
  • Il est sollicité pour de nombreuses conférences. 

1 RCP (Régiment de chasseurs parachutistes) situé aujourd’hui à Pamiers.

2 Luc RAVEL, « Lettre offerte à tous les hommes de paix et en particulier à tous les militaires qui risquent leur vie pour la paix. Sur les apports entre les religions au sein d’un Etat de droit. », 2009.

3 Voir http://www.niobium.fr/lectures/public/armees/armees_lettre_pastorale_2012.pdf

ImprimerE-mail

Saint du Jour

Nominis

Tous les saints du jour
  • Saint Marc - Un des quatre évangélistes (1er s.)
    Second dans l'ordre des évangiles synoptiques, serait-il l'inventeur du genre évangélique ? C'est possible puisque son livre, en mauvais grec, semé de sémitismes, fut composé très tôt à Rome, selon les données orales de Saint Pierre. Sans doute au plus tard en 70. L'auteur en serait le jeune Jean, surnommé Marc, fils de Marie chez qui la première communauté chrétienne de Jérusalem se réunissait pour prier (Actes 12. 12). Il accompagne Paul et Barnabé dans leur mission à Chypre. Peu après, il refuse de suivre Paul, en partance pour l'Asie Mineure. Il préfère rentrer à Jérusalem. Saint Paul lui en voudra, un moment, de ce lâchage : il préféra se séparer de Barnabé plutôt que de reprendre Marc (Acte 15. 39) Mais Marc se racheta et deviendra le visiteur du vieux prisonnier à Rome. Dans le même temps, saint Pierre le traite comme un fils (1ère lettre de Pierre 5. 13). Certains considèrent que saint Marc aurait été l'évangélisateur de l'Egypte. Ce n'est pas invraisemblable. D'autres affirment que son corps serait désormais à Venise. Après tout, pourquoi pas ? En tous cas, il fut un fidèle secrétaire pour saint Pierre dont il rédigea les "Mémoires", qui sont l'évangile selon saint Marc, à l'intention des Romains.De Jérusalem, il suivit d’abord saint Paul dans ses voyages missionnaires, puis s’attacha aux pas de saint Pierre, qui l’appelait son fils et dont, selon la tradition, il recueillit dans son Évangile la catéchèse aux Romains. Il aurait enfin fondé l’Église d’Alexandrie.