• guerre

guerre

« penser la juste guerre » - une émission de KTO

Une guerre peut-elle être juste ? Depuis ses origines, l´Église, ses savants et ses théologiens réfléchissent et argumentent, construisant peu à peu et parfois amendant la doctrine. En vue du centenaire de l´armistice de 1918 et de l´émission spéciale de ce soir, l´Académie catholique de France a travaillé collectivement et à frais nouveaux, pour « Penser la juste défense », et l´exprimer de manière aussi précise que vivante, accessible à tous. Une émission de 52 minutes, tournée au Collège des Bernardins et animée par Priscilia de Selve, avec Mgr Antoine de Romanet, évêque aux Armées françaises, le général Bernard Fleuriot et le professeur Jean-Dominique Durand.

Colloque : Affronter la guerre actuelle dans le respect de la vie – 10 janvier 2017

COLLOQUE Affronter la guerre actuelle

Table ronde à l'Ecole militaire organisée en partenariat avec l'aumônerie militaire

mardi 10 janvier 2017 de 17h à 19h à l'amphithéâtre Foch

  Affronter la guerre actuelle dans le respect de la vie

l'amour des ennemis

animée par Christian de CACQUERAY

avec le Cardinal Philippe BARBARIN, le Général de division Bernard BARRERA, le colonel Cyrille DUVIVIER et le témoignage d'officiers de l'Ecole de Guerre

Les inscriptions -gratuites- sont à retirer impérativement avant le 5 janvier 2017 sur le site : http://www.dems.defense.gouv.fr/ecole-de-guerre

Interview de Mgr de Romanet au journal Le Monde du 10 juillet 2018

Texte publié par le journal Le Monde daté du 10 juillet, page 14
d’une interview de l’évêque aux armées réalisée par Nathalie Guibert et Cécile Chambraud

lien article journal Le Monde  

Mgr Antoine de Romanet au Journal Le Monde édition du 10 juillet 2018- Quelle est votre vision des armées un an après votre prise de fonctions et vos nombreux déplacements dans les forces ?

L’armée porte avec incandescence les questions cruciales de notre société : le rapport homme-machine, le commandement et le rapport d’autorité, la cohésion, l’équilibre personnel, la famille. On y est invité en permanence à réfléchir sur les sujets constitutifs de l’existence, le sens de la vie, les raisons de l’engagement, la légitimité de donner la mort, la justification de posséder des armes. Et cela dans une dimension humaine et réaliste. Car sur le terrain, tout seul, je ne suis rien. Le réel, c’est mon compagnon d’armes, que je n’ai pas choisi, dont je ne connais pas ou ne partage pas les convictions religieuses ou philosophiques. Avec lui, je partage mes repas, nous combattons ensemble et nous allons peut-être mourir ensemble. L’armée est un lieu de vérité de la relation qui rend la fraternité non seulement possible, mais nécessaire.

- L’armée justement fait la guerre aux « terroristes islamistes », comment empêcher certains de penser faire la guerre à l’islam ?

L’aumônier doit accompagner, participer à la cohésion. La dimension religieuse est dramatiquement manipulée par des esprits totalitaires qui voudraient que le religieux envahisse le champ social et politique. Or ce qui est central dans l’armée, c’est la fraternité d’armes. Il n’y a pas de statistiques sur les appartenances des uns ou des autres, et la réalité à laquelle les militaires sont confrontés les transcende. Les troupes servent des objectifs qui sont ceux de la nation et de ses engagements internationaux, et leur mission l’emporte sur toute autre considération. La réalité militaire illustre le fait qu’on peut dépasser des étiquettes souvent assez artificielles. Cela est d’autant plus vrai qu’un certain nombre de jeunes s’engagent pour se libérer d’un contexte social, familial, culturel. L’armée peut être l’occasion d’une nouvelle vie. Sa dimension de laïcité est essentielle.