Messes
Fêtes d'armes
Soutenir

Un Frenchy à la Four Chaplains Run – du 3 Février 1943 au 3 Février 2021

Quand les militaires commémorent le sacrifice ultime de quatre aumôniers lors d’un naufrage.
L’aumônier Eric S., déployé aux EAU, nous raconte sa participation à la Course des aumôniers.

Le 23 Janvier 1943, le bâtiment de transport de troupes USAT DORCHESTER, appareille de New York au cœur d’un convoi de trois unités. À son bord: 900 personnels dont 4 aumôniers[1].

À 00:55, le 3 Février une torpille du sous-marin allemand U-223 le touche. Avant de couler, le Dorchester commence par s’enfoncer. Les aumôniers unissent leurs forces et se relaient pour aider au calme et organiser l’évacuation. Le nombre de brassières de sécurité (aussi appelées « gilets de sauvetage » par les non-marins) est insuffisant, tout comme celui des embarcations de secours. Après avoir offert leurs brassières, les quatre aumôniers s’embrassent et enlacent leurs bras en priant, chantant des hymnes, (dont l’hymne de la Marine « Père éternel, notre Sauveur tout-puissant » Eternal Father, strong to save [2]) et coulent avec le bateau.

Ils recevront le 19 Décembre 1944 à titre posthume les distinctions suivantes : Purple Heart *[3] et la Distinguished Service Cross *[4] . C’est en 2006 qu’ils recevront la Medal of Honor *[5]. Le Congrès créera le 14 Juillet 1960 la Médaille des Quatre Aumôniers [6] qui sera remise le 18 Janvier 1961 à chaque survivant le plus proche de chacun des aumôniers et à compter de 1988, le 3 Février sera institué Four Chaplains Day*[7], jour de commémoration avec ordre du jour et mise en berne du  drapeau.

C’est à cette occasion que j’ai été invité à concourir, et courir, la course des aumôniers [8], sur la Base Aérienne d’Al Dhafra que nous partageons et sur laquelle nous accueillent nos hôtes émiriens. Le départ est donné à 06:00, en pleine nuit noire après la prière commune des huit aumôniers US présents.

A cette période de l’année, six heures du matin, cela fait tôt. Il fait encore noir et même très noir, d’autant plus que nous courrons sur du goudron et que la partie américaine de la base est peu éclairée, en raison de l’activité aéronautique. Je n’ai pas reconnu l’itinéraire.

Bref, je m’élance pour faire bonne figure. Je n’ai pas couru depuis l’an dernier, lors du cross régimentaire du 5ème RC [9], le mercredi des Cendres 2020. Situation Covid oblige. Elle a bon dos aussi.

Il faut faire trois tours, et presque tout le monde me dépasse. La distance est en mile US et je passe mon premier tour en conversion, algébrique bien sûr. Combien un mile en kilomètres, combien de kilomètre dans un mile… bref cela m’occupe tout le premier tour. J’entame un deuxième tour en pensant que c’est le second. Avec beaucoup de panache, pour la deuxième fois, je refuse l’eau offerte à la halte des trois-quarts de la distance de l’anneau. Peu après je me vois dépassé par D., le colonel commandant l’unité de drones, et dont je n’aperçois maintenant que le dos alors qu’habituellement à la messe, certains de mes confères s’amuseraient à dire que c’est plutôt lui qui ne voit que mon dos. Mais d’où sort-il ?  Je ne l’ai pas remarqué sauf sur la ligne de départ. Serais-je tellement en avance que cela ? En fait non, et vous l’avez bien compris. C’est lui qui termine pendant que j’entame un troisième tour. Je ne suis toujours pas dernier, Dieu merci, pourrais-je dire.  Le calvaire s’achève. Je refuse encore l’eau. Nous ne sommes plus très nombreux en course. Vers la fin, j’entends des voix, derrière moi. C’est le Lt-Col, chef des aumôniers, que je nommerais Joseph [10] pour les besoins de cet article. Je ralentis pour lui permettre de m’aider à porter ma croix, et afin que nous franchissions ensemble la ligne d’arrivée. Nous le faisons ensemble, un rapide coup d’œil sur le chrono qui tourne encore pour ceux qui nous suivront, m’évite tout de même la honte. Je récupère le tee-shirt commémoratif et m’éloigne. Il est temps de passer à autre chose :  le 5ème RC m’attend le lendemain pour passer les épreuves du CCPG/ CCPM.

Aumônier Eric S.

[1] les aumôniers : méthodiste, George L.Fox; israélite, Alexander D. Goode; baptiste, Clark V. Poling et catholique, John P.  Washington.

[2] composée en 1860 par le Révérend William WHITING  et adoptée ensuite par les marines anglophones

[3] médaille des blessés lors d’un conflit armé

[4] établie pour récompenser  ceux qui ne peuvent pas recevoir la Médaille d’Honor

[5] Décoration suprême des USA

[6] Four Chaplains’  Medal

[7] Journée des Quatre Aumôniers

[8] Four Chaplains Run

[9] Régiment de Cuirassiers installé aux Emirats à l’intérieur de Zayed Military City

[10] en réalité il se prénomme Josh