Soutenez-nous !

 

Denier Toussaint 2019 extérieur

L'Eglise et l'arme nucléaire - Réflexions de Mgr Antoine de Romanet

nuclear threat

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

La Force

Force 1

Le catéchisme de l’Église catholique nous enseigne que les vertus sont des dispositions habituelles et fermes à faire le bien. Elles nous aident à nous construire en orientant les forces intérieures que sont les émotions et les passions, les réactions affectives, pour vivre une vie vraiment humaine et chrétienne. Elles nous sont utiles pour acquérir la maîtrise de soi, la joie et la facilité pour vivre une vie moralement bonne.

Parmi ces vertus, il y en a une, qui est une vertu cardinale parce qu’elle s’acquière grâce à la répétition des actes bons, qui s’appelle la FORCE.

Qu’est-ce que la vertu de Force ? C’est la vertu du combat et de la résistance contre l’adversité du mal et tout particulièrement de la grande peur de l’homme qu’est la mort ou, en tout cas, le danger de mort.

Deux aides viennent seconder La Force : la CRAINTE et l’AUDACE.

Avec la crainte, la vertu de Force va nous apprendre à maitriser notre peur du danger et notamment celle de la mort. Est vraiment fort celui qui est capable de regarder la mort en face et de dominer sa crainte pour faire le bien qu’il sait devoir accomplir même au péril de sa vie. La crainte est utile dans la mesure où elle oblige à la prudence.

Mais la crainte sans l’audace, c’est enlever l’héroïcité à la vertu de Force. L’audace répond à un certain goût du danger. Avec l’audace, l’on est quand même capable d’entreprendre malgré un danger très grand parce que le jeu en vaut la chandelle et que le sacrifice qu’il peut exiger n’est pas vain.

Crainte et audace sont finalement comme le bouclier et l’épée qui servent dans un même combat : l’un pour la défense, l’autre pour l’attaque, mais les deux servent la cause de la lutte pour vaincre et s’opposer au mal.

La vertu de Force ne sert-elle que face au danger de mort ? Bien sûr que non, même si elle déploie toute sa capacité dans son acte suprême et évidemment, avec l’aide du Saint Esprit, la vertu de Force maintenue sans défaillance par amour de Jésus-Christ peut nous donner la grâce du martyre qui est son fruit le plus beau. Cependant, il nous faut utiliser la vertu de Force même dans des actes mineurs où la peur est moins vive.

Quels sont les péchés contre la vertu de Force ? Ce sont les excès dans l’utilisation de la crainte et de l’audace. Une crainte excessive qui abandonne le bien conduit à la petitesse de l’âme qu’on appelle la pusillanimité : c’est la porte de la lâcheté. De même que l’audace qui fait prendre des risques imbéciles lorsque le bien à acquérir est plus une affaire de gloire et d’orgueil que la recherche d’un véritable bien n’est plus vertueuse mais vice.

Puisqu’elle est vertu cardinale, la Force articule autour d’elle un ensemble d’autres vertus. En voici quelques-unes : le courage et la fermeté, entreprendre et supporter auxquels saint Thomas d’Aquin rattache les vertus de magnanimité, de magnificence, de patience et de persévérance mais aussi la longanimité et la constance. Autant de vertus à cultiver pour obtenir la Force dans sa perfection.

Alors, bien chers amis, en ces temps de crise dans notre pays tâchons de cultiver un peu, beaucoup, à la folie la vertu de Force.

 

Padré Benoît Galvan, aumônier militaire

 

 Prudence 2

La Prudence

 Force 1

La Force

 Justice 4

La Justice

 Tempérance 1

La Tempérance

 Foi 4

La Foi

 Espérance 1

L'Espérance

  Charité 1

La Charité

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

21 septembre 2020

Tous les saints du jour Nominis
  • Saint Matthieu - Un des apôtres du Christ, martyr (I siècle)
    A Capharnaüm, il y avait un poste de douane. Le fonctionnaire qui tenait ce poste s'appelait Lévi ou Matthieu. Il était fils d'Alphée. Un matin, Jésus l'appelle, Matthieu laisse ses registres et suit Jésus. (Marc 2, 14 - Luc 5, 27) A quelle attente secrète répond-il ainsi? En tout cas, il explose de joie, suit Jésus, l'invite à dîner, invite ses amis. Le fonctionnaire méticuleux devient missionnaire et, choisi comme apôtre, il sera aussi le premier évangéliste(*), relevant méticuleusement les paroles et les actions de Jésus. Ce publicain, méprisé par les scribes, est pourtant le plus juif des quatre évangélistes: 130 citations de l'Ancien Testament. Par la suite, la Tradition lui fait évangéliser l'Éthiopie.(*) Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu Illustration: enluminure du 'book of Lindisfarne' VIIe sc.Des internautes nous signalent:- "St Matthieu est le patron des agents des douanes, et à cette occasion dans certaines directions les remises de la médaille des Douanes aux agents a lieu le 21/09."- "En Basse Sambre, région de l'Arrondissement judiciaire de Namur (Belgique), les professionnels de la comptabilité et de la fiscalité organisent le quatrième vendredi de septembre un banquet pour la fête de la saint Matthieu."Au 21 septembre, au martyrologe romain, fête de saint Matthieu, Apôtre et Évangéliste. surnommé Lévi, appelé par Jésus à le suivre, il abandonna son métier de publicain ou collecteur d'impôts et, choisi dans le groupe des Douze, il écrivit son Évangile, où il montre que Jésus, le Christ, fils de David, fils d'Abraham, a porté à son terme l'ancienne Alliance.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2020 AELF
  • Première lecture : « Les dons qu’il a faits, ce sont les Apôtres et aussi les évangélisateurs » (Ep 4, 1-7.11-13)

    Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens

    Frères,
        moi qui suis en prison à cause du Seigneur,
    je vous exhorte à vous conduire
    d’une manière digne de votre vocation :
        ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience,
    supportez-vous les uns les autres avec amour ;
        ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit
    par le lien de la paix.
        Comme votre vocation vous a tous appelés
    à une seule espérance,
    de même il y a un seul Corps et un seul Esprit.
        Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême,
        un seul Dieu et Père de tous,
    au-dessus de tous,
    par tous, et en tous.
        À chacun d’entre nous, la grâce a été donnée
    selon la mesure du don fait par le Christ.
        Et les dons qu’il a faits,
    ce sont les Apôtres,
    et aussi les prophètes, les évangélisateurs,
    les pasteurs et ceux qui enseignent.
        De cette manière, les fidèles sont organisés
    pour que les tâches du ministère soient accomplies
    et que se construise le corps du Christ,
        jusqu’à ce que nous parvenions tous ensemble
    à l’unité dans la foi et la pleine connaissance du Fils de Dieu,
    à l’état de l’Homme parfait,
    à la stature du Christ dans sa plénitude.

         – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 18 (19), 2-3, 4-5ab)

    Refrain psalmique : (Ps 18, 5)

    Par toute la terre s'en va leur message.

     Les cieux proclament la gloire de Dieu,
    le firmament raconte l'ouvrage de ses mains.
    Le jour au jour en livre le récit
    et la nuit à la nuit en donne connaissance.

    Pas de paroles dans ce récit,
    pas de voix qui s'entende;
    mais sur toute la terre en paraît le message
    et la nouvelle, aux limites du monde.

  • Évangile : « Suis-moi. L’homme se leva et le suivit » (Mt 9, 9-13)

    Acclamation :

    Alléluia. Alléluia.
    À toi, Dieu, notre louange !
    Toi que les Apôtres glorifient,
    nous t’acclamons : tu es Seigneur !
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là,
        Jésus sortit de Capharnaüm
    et vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu,
    assis à son bureau de collecteur d’impôts.
    Il lui dit :
    « Suis-moi. »
    L’homme se leva et le suivit.

        Comme Jésus était à table à la maison,
    voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts)
    et beaucoup de pécheurs
    vinrent prendre place avec lui et ses disciples.
        Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples :
    « Pourquoi votre maître mange-t-il
    avec les publicains et les pécheurs ? »
        Jésus, qui avait entendu, déclara :
    « Ce ne sont pas les gens bien portants
    qui ont besoin du médecin,
    mais les malades.
        Allez apprendre ce que signifie :
    Je veux la miséricorde, non le sacrifice.
    En effet, je ne suis pas venu appeler des justes,
    mais des pécheurs. »

         – Acclamons la Parole de Dieu.