Soutenez-nous !

 

Denier Toussaint 2019 extérieur

L'Eglise et l'arme nucléaire - Réflexions de Mgr Antoine de Romanet

nuclear threat

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

La Tempérance

Tempérance 1

Si nous regardons dans le dictionnaire de l'Académie française, voici ce que nous pouvons trouver :

Vertu morale qui règle, qui modère les passions et les désirs, particulièrement les désirs sensuels.[...] Il signifie aussi simplement Sobriété, usage modéré du boire et du manger.

Ce qui, bien sûr, est très réducteur lorsque l'on parle d'une vertu. Une vertu n'est certainement pas quelque chose d'extérieur à l'homme comme le laisse supposer le dictionnaire en nous laissant entendre qu'il ne s'agit que de notre rapport avec ce qui vient de l'extérieur comme de la nourriture, de la boisson, des plaisirs... Bien au contraire, une vertu concerne l'homme au plus intime de lui-même, dans ce qui fait qu'il est homme et cela dans tous les aspects les plus concrets de sa vie où vont s'exprimer ses besoins, ses désirs, ses passions.

La vertu de tempérance permet à chaque homme que son "moi intérieur" soit maître de son "moi extérieur". Cela ne diminue aucunement la valeur de notre "moi extérieur" comme une sorte de négation du corps, mais c'est lui redonner toute sa valeur car notre corps et nos sens retrouvent, avec la vertu de tempérance, leur véritable place dans ce qui fait notre être d'homme. Cette vertu est ainsi indispensable pour que l'homme devienne pleinement homme. Il suffit, pour s'en convaincre, de regarder ce qui se passe quand un homme se laisse aller à ses passions : il devient esclave de sa passion, une victime qui se voit contrainte de renoncer à exercer sa liberté comme on peut le voir avec le tabac, l'alcool, les drogues, le sexe... En d'autres termes, être véritablement homme, cela signifie de respecter sa propre dignité et donc de se laisser guider par la vertu de tempérance.

Mais cela ne signifie en aucun cas de renoncer à ses désirs, de devenir timoré en tout, de devenir une sorte de puritain qui renoncerait à tout pour être certain de ne rien commettre de mal et par là de devenir indifférent au monde qui nous entoure : d'avoir un cœur de pierre. Au contraire, l'enjeu est d'avoir un véritable cœur de chair, de reconsidérer la richesse de nos passions, de nos affections, de nos émotions qui doivent être maîtrisées pour être en tout temps et en tout lieu adaptées aux situations et aux personnes que nous rencontrons. Mais l'homme ne peut y parvenir qu'en faisant un travail sur lui-même, en étant vigilant à chaque instant. Il pourra alors devenir véritablement lui-même par la vertu de tempérance, c'est à dire révéler au monde la véritable beauté, la véritable dignité de ce qu'il est : un Homme.

C'est un vrai chemin de sainteté qui nous proposé avec cette vertu, qui ne peut évidemment se vivre indépendamment des autres vertus et en particulier les vertus théologales que sont l'Espérance, la Foi et la Charité. Mais ce chemin, nous ne pouvons le faire seul. Si nous pensons y parvenir par nos propres forces, nous chuterons nécessairement et là, c'est le découragement qui nous guette. Nous risquons alors d'aller jusqu'à abandonner tout ce qui nous faisait avancer depuis le jour de notre conversion ou, dans le meilleur des cas, d'avoir une vie spirituelle médiocre : comme se contenter d'aller à la messe sans que cela n'ait de liens avec tous les autres aspects de sa vie par exemple.

Il nous faut au contraire assumer cette forme d'impuissance en demandant à Dieu lui-même de venir la surmonter pour nous : c'est uniquement dans cet acte d'humilité que chacune de nos actions remises dans les mains du Christ, deviendront alors de véritables offrandes parfaites, des actes d'amour qui changeront la face du monde comme le disait sainte Catherine de Sienne : "deviens ce que tu es, et tu mettras le feu au monde !".

Alors ne craignons pas d'être habités par un désir infini, à l'image du Christ, afin d'être conduits, par la vertu de tempérance, vers notre vocation profonde qui est d'être enfant de Dieu.

 

Maxime Corpechot, aumônier militaire

 

 

 Prudence 2

La Prudence

 Force 1

La Force

 Justice 4

La Justice

 Tempérance 1

La Tempérance

 Foi 4

La Foi

 Espérance 1

L'Espérance

  Charité 1

La Charité

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

27 septembre 2020

Tous les saints du jour Nominis
  • Saint Vincent de Paul - Fondateur de la congrégation de la Mission et des Filles de la Charité (✝ 1660)
    Monsieur Vincent n'oubliera jamais que, quand il était petit, il gardait les porcs dans la campagne landaise. Il en rougissait à l'époque et s'il voulut devenir prêtre, ce fut surtout pour échapper à sa condition paysanne. Plus tard, non seulement il l'assumera, mais il en fera l'un des éléments de sa convivialité avec les pauvres et les humiliés. A 19 ans, c'est chose faite, il monte à Paris parce qu'il ne trouve pas d'établissement qui lui convienne. Le petit pâtre devient curé de Clichy un village des environs de Paris, aumônier de la reine Margot, précepteur dans la grande famille des Gondi. Entre temps, il rencontre Bérulle qui lui fait découvrir ce qu'est la grâce sacerdotale et les devoirs qui s'y rattachent. Il appellera cette rencontre "ma conversion". Il renonce à ses bénéfices, couche sur la paille et ne pense plus qu'à Dieu. Dès lors son poste de précepteur des Gondi lui pèse. Il postule pour une paroisse rurale à Châtillon-les-Dombes et c'est là qu'il retrouve la grande misère spirituelle et physique des campagnes françaises. Sa vocation de champion de la charité s'affermit. Rappelé auprès des Gondi, il accepte et enrichit son expérience comme aumônier des galères dont Monsieur de Gondi est le général. Ami et confident de saint François de Sales, il trouve en lui l'homme de douceur dont Monsieur Vincent a besoin, car son tempérament est celui d'un homme de feu.  Pour les oubliés de la société (malades, galériens, réfugiés, illettrés, enfants trouvés) il fonde successivement les Confréries de Charité, la Congrégation de la Mission (Lazaristes) et avec sainte Louise de Marillac, la Compagnie des Filles de la Charité. Plus que l'importance de ses fondations, c'est son humilité, sa douceur qui frappe désormais ses contemporains. Auprès de lui chacun se sent des envies de devenir saint. Il meurt, assis près du feu, en murmurant le secret de sa vie: "Confiance! Jésus!". - Le Pape François rend hommage à saint Vincent de Paul dans un message adressé aux membres de l'Association internationale des Charités, à l'occasion des 400 ans des premières Confréries de Charité, le 15 mars 2017. (Le Pape encourage une 'culture de la miséricorde' à la suite de saint Vincent de Paul)- Saint Vincent de Paul (1581 - 1660) est un géant de la charité. Sa vie est une synthèse de la prière et de l'action. Elle se résume en un triptyque:+ Une riche spiritualité propre à approfondir notre foi.+ Une vie toute donnée à Dieu et aux pauvres.+ Un amour profond pour le sacerdoce et la mission. Car "l'Amour est inventif jusqu'à l'infini!"(Diocèse d'Aire et Dax - saints et martyrs landais - l'Église dans les Landes)- Saint Vincent de Paul (1581-1660) Monsieur Vincent, géant de la charité, nous échappera toujours et ne se laissera pas appréhender facilement. Mais il nous dit avec son air malicieux de gascon: «le temps change tout». Alors, que nous dit-il, 350 ans après et toujours vivant? Figures de sainteté - site de l'Eglise catholique en France- "A Saintes précisément, il établit aussi la Congrégation de la Mission. De nombreuses lettres qu'il adressa au supérieur de la maison sont conservées : à Louis Thibault, Claude Dufour, Pierre Watebled et surtout Louis Rivet. Elles témoignent du soin extrême que Monsieur Vincent apporte au déroulement des missions dans nos régions charentaises." (diocèse de La Rochelle Saintes - Saint Vincent de Paul)- En 1885, le pape Léon XIII le déclare «patron de toutes les œuvres charitables»... Saint Vincent de Paul (1581-1660)... (diocèse de Paris)-...saint Vincent de Paul devient pour quelques mois curé de Châtillon sur Chalaronne. C'est là qu'il fonde les dames de la Charité, dont le règlement a été conservé dans la chambre qu'il occupait... (Diocèse de Belley-Ars - 2000 ans de vie chrétienne)- Vidéo: le berceau de Saint Vincent de Paul, reportage réalisé par Le Jour du Seigneur dans un village qui porte son nom près de Dax. - A lire: Monsieur Vincent «La vie à sauver», prix 2011 de la Bande Dessinée Chrétienne d'Angoulême.Un internaute brésilien nous suggère de rendre Saint Vincent de Paul patron du football, ce sport étant un maillon important de la socialisation, de la paix et de l'inclusion. Mémoire de saint Vincent de Paul, prêtre. Rempli d'esprit sacerdotal et entièrement donné aux pauvres à Paris, il reconnaissait sur le visage de n'importe quel malheureux la face de son Seigneur ; pour retrouver la forme de l'Église primitive, éduquer le clergé à la sainteté et soulager les pauvres, il fonda la Congrégation de la Mission et, avec l'aide de sainte Louise de Marillac, la Congrégation des Filles de la Charité. Il mourut, épuisé, à Paris en 1660.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2020 AELF
  • Première lecture : « Si le méchant se détourne de sa méchanceté, il sauvera sa vie » (Ez 18, 25-28)

    Lecture du livre du prophète Ézékiel

    Ainsi parle le Seigneur :
        « Vous dites :
    ‘La conduite du Seigneur n’est pas la bonne’.
    Écoutez donc, fils d’Israël :
    est-ce ma conduite qui n’est pas la bonne ?
    N’est-ce pas plutôt la vôtre ?
        Si le juste se détourne de sa justice,
    commet le mal, et meurt dans cet état,
    c’est à cause de son mal qu’il mourra.
        Si le méchant se détourne de sa méchanceté
    pour pratiquer le droit et la justice,
    il sauvera sa vie.
        Il a ouvert les yeux
    et s’est détourné de ses crimes.
    C’est certain, il vivra, il ne mourra pas. »

        – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 24 (25), 4-5ab, 6-7, 8-9)

    Refrain psalmique : (Ps 24, 6a)

    Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse.

    Seigneur, enseigne-moi tes voies,
    fais-moi connaître ta route.
    Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
    car tu es le Dieu qui me sauve.

    Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
    ton amour qui est de toujours.
    Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ;
    dans ton amour, ne m’oublie pas.

    Il est droit, il est bon, le Seigneur,
    lui qui montre aux pécheurs le chemin.
    Sa justice dirige les humbles,
    il enseigne aux humbles son chemin.

  • Deuxième lecture : « Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus » (Ph 2, 1-11)

    Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens

    Frères,
        s’il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres,
    si l’on s’encourage avec amour,
    si l’on est en communion dans l’Esprit,
    si l’on a de la tendresse et de la compassion,
        alors, pour que ma joie soit complète,
    ayez les mêmes dispositions,
    le même amour,
    les mêmes sentiments ;
    recherchez l’unité.
        Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux,
    mais ayez assez d’humilité
    pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes.
        Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ;
    pensez aussi à ceux des autres.

        Ayez en vous les dispositions
    qui sont dans le Christ Jésus :
        ayant la condition de Dieu,
    il ne retint pas jalousement
    le rang qui l’égalait à Dieu.

        Mais il s’est anéanti,
    prenant la condition de serviteur,
    devenant semblable aux hommes.

    Reconnu homme à son aspect,
        il s’est abaissé,
    devenant obéissant jusqu’à la mort,
    et la mort de la croix.

        C’est pourquoi Dieu l’a exalté :
    il l’a doté du Nom
    qui est au-dessus de tout nom,

        afin qu’au nom de Jésus
    tout genou fléchisse
    au ciel, sur terre et aux enfers,

        et que toute langue proclame :
    « Jésus Christ est Seigneur »
    à la gloire de Dieu le Père.

        – Parole du Seigneur.

    Ou bien, lecture brève :

     

    OU LECTURE BREVE