Soutenez-nous !

 

Denier Toussaint 2019 extérieur

L'Eglise et l'arme nucléaire - Réflexions de Mgr Antoine de Romanet

nuclear threat

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

  • diocese
  • Lettre de Mgr Antoine de Romanet, Évêque aux Armées (octobre 2019)

Lettre de Mgr Antoine de Romanet, Évêque aux Armées (octobre 2019)

61 PMI Messe dinitiation chrétienne Antoine Langlois 68

Depuis deux ans, je suis plongé au coeur d'un diocèse tout entier mobilisé au côté de nos soldats. Au quotidien, nos aumôniers accompagnent ces femmes et ces hommes qui engagent leur vie au service de notre paix, de notre sécurité, de notre liberté...

UN MONDE PLUS QUE JAMAIS INCERTAIN ET INSTABLE

Nous découvrons chaque jour la partie émergée d'un iceberg de tensions, de rapports de force entre des pays et des continents qui ne portent pas les mêmes systèmes de valeurs ni les mêmes visions du monde. Qu'il s'agisse des grands accords stratégiques de contrôle des armements remis en cause, des périls identifiés dans l'espace, de la course effrénée à l'avance technologique dans la cyber-défense où menaces et contre-menaces se font face en une inquiétante dialectique... Qu'il s'agisse de la bande sahélo-saharienne, de la frontière entre le Liban et Israël, de la situation en Syrie et en Irak, ou encore de la réalité critique du détroit d'Ormuz... Qu'il s'agisse des risques d'attentat dans l'hexagone ou à l'autre bout du monde... Partout des femmes et des hommes veillent pour nous 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, afin d'observer, discerner, stabiliser, prévenir, agir... en exposant leur vie... et cela pour notre sécurité, notre pays, notre avenir, notre liberté.

L'HOMME AU CŒUR DE TOUT

Si les armes et les technologies semblent figurer aujourd'hui en première place, c'est pourtant bien l'homme qui est au cœur de tout. L'homme dont l'esprit, la volonté et la vision font et feront la différence entre les Nations. Nul n'engage son existence au risque du sacrifice suprême pour de simples enjeux matériels. Certains - et les militaires français sont de ceux là - acceptent un tel engagement pour sauver des vies, et pour en préserver les valeurs fondamentales. Il faut pouvoir y réfléchir, échanger et être accompagné sur ce chemin redoutable. L'aumônier est ce compagnon de tous les instants qui pas à pas, instant après instant, dans les peines comme dans les joies, donne sens et espérance au cœur des défis de la vie.

SUR LE TERRAIN, DES FEMMES ET DES HOMMES DONNENT TOUT

Nous avons tous été frappés par le décès le 10 mai dernier au Burkina Faso de Cédric de Pierrepont et d'Alain Bertoncello, commandos Marine, membres des forces spéciales, qui ont donné leurs vies pour libérer des otages. Sur le terrain, l'épreuve a touché aussi leurs camarades que nos aumôniers ont pu accompagner de chapelles ardentes en paroles personnelles. Aux Invalides, dans l'intimité de la Cathédrale, la prière de l'Église a rejoint celle des familles et des camarades demeurés en France. Dans le secret des inhumations, d'autres aumôniers ont témoigné de l'espérance chrétienne face au drame de la séparation.

DU BURKINA FASO À LA GUYANE, LE MÊME ENGAGEMENT ET LE MÊME ACCOMPAGNEMENT

En juillet, un drame survient en Guyane lors d'une opération de lutte contre l'orpaillage illégal : une explosion au fond d'une mine. Deux morts. Des blessés. Nos aumôniers ont immédiatement assuré présence, écoute, prière auprès des camarades meurtris, tant sur place qu'en France où ils ont entouré les familles et les proches, civils comme militaires au moment du dernier« à Dieu ».
C'est avec émotion que bien simplement, je partage avec vous ces deux évènements. Au Burkina Faso comme en Guyane, j'avais rencontré peu de temps auparavant les aumôniers concernés et connaissais parfaitement leurs conditions de vie et d'action. Je n'y avais pas rencontré les acteurs directs, mais nombre de leurs camarades. Pour certains, l'accomplissement du devoir requiert le sacrifice de leur vie, pour d'autres, il exige de demeurer « fidèle au poste » dans la plus extrême adversité. Mais tous doivent être soutenus spirituellement et humainement. Pour qu'aucun sacrifice ne soit vain. Pour que la cohésion et la force intérieure continuent à animer chacun au service de la mission reçue.

DEPLOYER UNE FRATERNITÉ AU SERVICE DE LA LIBERTÉ

Au mois d'août, la commémoration du 75ème anniversaire de la Libération de Paris fut une magnifique occasion de fêter l'amitié franco-américaine. Deux messes furent célébrées de part et d'autre de l'Atlantique : le 25 à Saint-Eustache réunissant autorités françaises et représentants américains, le 29 à la Cathédrale saint Matthieu de Washington en mémoire de la cérémonie qui s'y était déroulée exactement le même jour en 1944. Aux mêmes dates, se déroulèrent les prises d'armes, devant l'hôtel de ville de Paris et devant le mémorial du National Mali de Washington dédié aux combattants de la Seconde Guerre mondiale où, pour la première fois dans l'histoire des Etats-Unis, y retentit un hymne étranger : la Marseillaise !

À l'émotion qui a été la mienne de participer à ces quatre cérémonies s'est joint l'honneur de représenter l'aumônerie militaire catholique et de contribuer à sa vocation : offrir une présence de gratuité accompagnée d'un soutien humain et spirituel hors hiérarchie, au-delà de toute finalité opérationnelle. Puissions-nous au service de tous contribuer à éclairer notre temps, à tisser des liens, à construire une paix véritable et durable, en hommes et en frères libres et dignes de l'Esprit qui les habite.

Je vous assure de ma prière et de mon cordial et religieux dévouement

+Antoine de Romanet
Évêque aux Armées Françaises

Crédit Photo : Antoine Langlois

Mots-clés: aumônerie militaire, militaire, Evêque aux Armées, aumonier militaire, aumônier en chef, Mgr Antoine de Romanet

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

25 septembre 2020

Tous les saints du jour Nominis
  • Saint Firmin - évêque d'Amiens (IV siècle)
    Les historiens voient en lui le premier évêque d'Amiens où il aurait subi le martyre au IVe siècle. La légende du portail nord de la cathédrale d'Amiens se base sur un écrit du IXe siècle. Le sénateur Firmus conduisait son fils, le futur saint Firmin, au temple de Jupiter à Pampelune en Espagne quand il rencontra le prêtre chrétien Honestus qui lui parla de Jésus et lui fit rencontrer une semaine plus tard son maître, saint Saturnin, l'un des soixante-dix disciples de Jésus. Saturnin, à Pampelune, convertit quarante mille personnes en quelques jours dont le jeune Firmin qui, avec l'âge, devint un fidèle prédicateur du Christ. Firmin à vingt-sept ans reçut le sacre épiscopal, évangélisa l'Aquitaine, l'Auvergne, le Beauvaisis et s'en fut à Amiens. C'est là qu'il fut arrêté et discrètement assassiné par le gouverneur païen qui craignait les trop nombreux chrétiens de la région. L'histoire est belle, mais les détails sont peu historiques.- ordo du diocèse d'Amiens, pages 7 et 8,  Cent trois évêques se sont succédé sur le siège d’Amiens depuis saint Firmin: sept sont honorés du culte des saints : Firmin le martyr, Euloge, Firmin le confesseur, Honoré, Saulve, Berchond, Geoffroy1er. Saint Firmin fin IIIe siècle, 2e. Saint Euloge de 325 à 357 ?, 3e. Saint Firmin le confesseur IVe siècle, 8e. Saint Honoré de 554 à 600, 9e. Saint Saulve de 600 à 615, 10e. Saint Berchond de 615 à 644, 37e. Saint Geoffroy de 1104 à 1115.Les diocèses du nord de la France comptent parmi les plus anciens d'Europe. Celui d'Amiens a ainsi été fondé par le sang d'un chrétien d'Espagne, Firmin, qui a été exécuté par les romains de l'époque... Le diocèse d'Amiens est créé vers la fin du IIIe siècle, au temps des premiers missionnaires venus évangéliser le nord de la Gaule. Notons, pour le diocèse, Saint Quentin, les Saints Fuscien, Victoric et Gentien, et un peu plus tard, Saint Firmin. Traditionnellement, c'est ce dernier qui est retenu comme étant le premier évêque d'Amiens... (Histoire du diocèse d'Amiens)Saint-Firmin 2015: Une fête de famille! (diocèse d'Amiens)À Amiens, saint Firmin, vénéré comme évêque et martyr.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2020 AELF
  • Première lecture : « Il y a un temps pour chaque chose sous le ciel » (Qo 3, 1-11)

    Lecture du livre de Qohèleth

        Il y a un moment pour tout,
    et un temps pour chaque chose sous le ciel :
        un temps pour donner la vie,
    et un temps pour mourir ;
    un temps pour planter,
    et un temps pour arracher.
        Un temps pour tuer,
    et un temps pour guérir ;
    un temps pour détruire
    et un temps pour construire.
        Un temps pour pleurer,
    et un temps pour rire ;
    un temps pour gémir,
    et un temps pour danser.
        Un temps pour jeter des pierres,
    et un temps pour les amasser ;
    un temps pour s’étreindre,
    et un temps pour s’abstenir.
        Un temps pour chercher,
    et un temps pour perdre ;
    un temps pour garder,
    et un temps pour jeter.
        Un temps pour déchirer,
    et un temps pour coudre ;
    un temps pour se taire,
    et un temps pour parler.
        Un temps pour aimer,
    et un temps pour ne pas aimer ;
    un temps pour la guerre,
    et un temps pour la paix.

        Quel profit le travailleur retire-t-il
    de toute la peine qu’il prend ?
        J’ai vu la besogne que Dieu impose aux fils d’Adam
    pour les tenir en haleine.
        Toutes les choses que Dieu a faites
    sont bonnes en leur temps.
    Dieu a mis toute la durée du temps dans l’esprit de l’homme,
    mais celui-ci est incapable
    d’embrasser l’œuvre que Dieu a faite
    du début jusqu’à la fin.

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 143 (144), 1a.2abc, 3-4)

    Refrain psalmique : (Ps 143, 1a)

    Béni soit le Seigneur, mon rocher !

    Béni soit le Seigneur, mon rocher !
    Il est mon allié, ma forteresse,
    ma citadelle, celui qui me libère ;
    il est le bouclier qui m’abrite,

    Qu’est-ce que l’homme, pour que tu le connaisses, Seigneur,
    le fils d’un homme, pour que tu comptes avec lui ?
    L’homme est semblable à un souffle,
    ses jours sont une ombre qui passe.

  • Évangile : « Tu es le Christ, le Messie de Dieu. – Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup » (Lc 9, 18-22)

    Acclamation : (cf. Mc 10, 45)

    Alléluia. Alléluia.
    Le Fils de l’homme est venu pour servir,
    et donner sa vie en rançon pour la multitude.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

        En ce jour-là, Jésus était en prière à l’écart.
    Comme ses disciples étaient là,
    il les interrogea :
    « Au dire des foules, qui suis-je ? »
        Ils répondirent :
    « Jean le Baptiste ; mais pour d’autres, Élie ;
    et pour d’autres, un prophète d’autrefois qui serait ressuscité. »
        Jésus leur demanda :
    « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
    Alors Pierre prit la parole et dit :
    « Le Christ, le Messie de Dieu. »
        Mais Jésus, avec autorité,
    leur défendit vivement de le dire à personne,
        et déclara :
    « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup,
    qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes,
    qu’il soit tué,
    et que, le troisième jour, il ressuscite. »

                – Acclamons la Parole de Dieu.