Soutenez-nous !

 

Denier Toussaint 2019 extérieur

L'Eglise et l'arme nucléaire - Réflexions de Mgr Antoine de Romanet

nuclear threat

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

  • diocese
  • C’est parti pour le 61ème Pèlerinage Militaire International !

Saint du Jour

Nominis

3 août 2020

Tous les saints du jour Nominis
  • Sainte Lydie - Commerçante en pourpre convertie par Saint Paul (I siècle)
    Elle venait de la Grèce d'Asie et s'était installée à Philippes, port de la mer Egée pour son commerce de tissu et de pourpre. C'est là qu'elle rencontra saint Paul et saint Luc (Actes des Apôtres 16. 11). Ils vinrent habiter chez elle "Si vous voulez bien me considérer comme une servante de Dieu, descendez chez moi."Les Églises d'Orient fêtent cette païenne qui professait la foi juive et qui fut convertie au Christ par saint Paul lors de son passage à Philippes en Macédoine. Elle l'accueillit avec ses compagnons Silas et Luc (Actes 16. 11 à 15). Elle dut mourir vers 50-55, puisque Paul écrivant aux chrétiens de Philippes ne la mentionne pas dans sa lettre.Au 20 mai, commémoraison de sainte Lydie, la marchande de pourpre de Thyatire, qui, à Philippes de Macédoine, fut la première dans cette ville à croire à l'Évangile, après la prédication de l'Apôtre saint Paul.
  • Sainte Salomé la Myrophore - épouse de Zébédée et mère des apôtres Jacques et Jean (I siècle)
    Epouse de Zébédée, un des patrons pêcheurs de Bethsaïde, mère des apôtres Jacques et Jean, elle était de celles «qui suivaient Jésus et le servaient». Elle avait mis en avant ses deux fils pour qu'ils soient de chaque côté du Messie (Matthieu 20. 17 à 28) aux meilleures places dans le Royaume. Au jour de la Passion, elle était au pied de la Croix. Elle fut aussi de celles qui achetèrent des aromates pour embaumer le corps du Christ et qui le dimanche matin de Pâques trouvèrent le tombeau vide. Elle cherchait peut-être la meilleure place pour ses enfants, quelle mère n'en ferait pas autant? mais elle sut aussi venir à l'aube du matin de Pâques, alors que ses enfants n'y étaient point, et c'était pour Jésus. Illustration: Les Saintes Femmes (les Myrophores) se rendent au Sépulcre pour embaumer le corps du Christ - Abbaye Saint-Pierre de Mozat ou Mozac (Auvergne)Le culte des Saintes Maries Jacobé et Salomé est confirmé, en Provence, entre autres témoignages, par le concours de nombreux fidèles en l'église des Saintes Maries de la Mer, où des grâces abondantes ont été obtenues par leur patronage.Elles furent parmi les femmes qui accompagnaient Jésus au cours de sa vie apostolique et lui venaient en aide par leurs biens matériels.Marie Jacobé était mère de Jacques le Mineur, de José et peut-être de Simon le Zélote et de Jude.Salomé était mère de Jean et de Jacques le Majeur.Fidèles, avec Marie et Marie-Madeleine, au temps de la Passion, elles vinrent au sépulcre, le matin de Pâques, où un ange leur déclara que Jésus est vivant. Elles furent ainsi les premiers témoins de la Résurrection. (source: Les Saints du diocèse de Nîmes)

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2020 AELF
  • Première lecture : « Ananie : le Seigneur ne t’a pas envoyé, et toi, tu rassures ce peuple par un mensonge » (Jr 28, 1-17)

    Lecture du livre du prophète Jérémie

        Cette année-là, au début du règne de Sédécias, roi de Juda,
    la quatrième année, au cinquième mois,
    le prophète Ananie, fils d’Azzour, originaire de Gabaon,
    me dit dans la maison du Seigneur,
    en présence des prêtres et de tout le peuple :
        « Ainsi parle le Seigneur de l’univers, le Dieu d’Israël :
    J’ai brisé le joug du roi de Babylone !
        Dans deux ans, jour pour jour,
    je ferai revenir en ce lieu
    tous les objets de la maison du Seigneur
    que Nabucodonosor, roi de Babylone, a enlevés
    pour les emporter à Babylone.
        Je ramènerai ici Jékonias, fils de Joakim, roi de Juda,
    avec tous les déportés de Juda qui sont partis à Babylone
    – oracle du Seigneur –,
    car je vais briser le joug du roi de Babylone ! »
        Le prophète Jérémie répondit au prophète Ananie
    en présence des prêtres et de tout le peuple,
    qui se tenaient dans la maison du Seigneur.
        Il lui dit :
    « Amen ! Que le Seigneur agisse ainsi,
    que le Seigneur accomplisse ta prophétie :
    qu’il fasse revenir de Babylone
    les objets de la maison du Seigneur et tous les déportés.
        Cependant, écoute bien cette parole
    que je vais te faire entendre,
    à toi et à tout le peuple :
        Les prophètes qui nous ont précédés, toi et moi,
    depuis bien longtemps,
    ont prophétisé contre de nombreux pays et de grands royaumes
    la guerre, le malheur et la peste.
        Le prophète qui annonce la paix
    n’est reconnu comme prophète
    vraiment envoyé par le Seigneur,
    que si sa parole s’accomplit. »
        Alors le prophète Ananie enleva le joug
    que le prophète Jérémie s’était mis sur la nuque,
    et il le brisa.
        Et Ananie déclara en présence de tout le peuple :
    « Ainsi parle le Seigneur :
    De la même manière, dans deux ans, jour pour jour,
    je briserai le joug de Nabucodonosor, roi de Babylone,
    pour en délivrer toutes les nations. »
    Alors le prophète Jérémie alla son chemin.

        La parole du Seigneur fut adressée à Jérémie
    après que le prophète Ananie
    eut brisé le joug qui était sur sa nuque.
        « Va dire à Ananie :
    Ainsi parle le Seigneur :
    Tu as brisé un joug de bois,
    mais à sa place tu feras un joug de fer.
        Car ainsi parle le Seigneur de l’univers, le Dieu d’Israël :
    C’est un joug de fer
    que je mets sur la nuque de toutes ces nations,
    pour qu’elles servent Nabucodonosor, roi de Babylone.
    Et elles le serviront.
    Je lui ai donné même les bêtes sauvages. »
        Le prophète Jérémie dit alors au prophète Ananie :
    « Écoute bien, Ananie : le Seigneur ne t’a pas envoyé,
    et toi, tu rassures ce peuple par un mensonge.
        C’est pourquoi, ainsi parle le Seigneur :
    Je te renvoie de la surface de la terre ;
    tu mourras cette année,
    car c’est la révolte que tu as prêchée contre le Seigneur. »
        Le prophète Ananie mourut cette même année,
    au septième mois.

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 118 (199), 29.43, 79-80, 95.102)

    Refrain psalmique : (Ps 118, 68b)

    Seigneur, apprends-moi tes commandements.

    Détourne-moi de la voie du mensonge,
    fais-moi la grâce de ta loi.
    N’ôte pas de ma bouche la parole de vérité,
    car j’espère tes décisions.

    Qu’ils se tournent vers moi, ceux qui te craignent,
    ceux qui connaissent tes exigences.
    Que j’aie par tes commandements le cœur intègre :
    alors je ne serai pas humilié.

    Des impies escomptent ma perte :
    moi, je réfléchis à tes exigences.
    De tes décisions, je ne veux pas m’écarter,
    car c’est toi qui m’enseignes.

  • Évangile : « Seigneur, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux » (Mt 14, 22-36)

    Acclamation : (Jn 1, 49b)

    Alléluia. Alléluia.
    Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu !
    C’est toi le roi d’Israël !
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    Année A

    Jésus avait nourri la foule dans le désert.
        Aussitôt il obligea les disciples à monter dans la barque
    et à le précéder sur l’autre rive,
    pendant qu’il renverrait les foules.
        Quand il les eut renvoyées,
    il gravit la montagne, à l’écart, pour prier.
    Le soir venu, il était là, seul.
        La barque était déjà à une bonne distance de la terre,
    elle était battue par les vagues,
    car le vent était contraire.

        Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux
    en marchant sur la mer.
        En le voyant marcher sur la mer,
    les disciples furent bouleversés.
    Ils dirent :
    « C’est un fantôme. »
    Pris de peur, ils se mirent à crier.
        Mais aussitôt Jésus leur parla :
    « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! »
        Pierre prit alors la parole :
    « Seigneur, si c’est bien toi,
    ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. »
        Jésus lui dit :
    « Viens ! »
    Pierre descendit de la barque
    et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
        Mais, voyant la force du vent, il eut peur
    et, comme il commençait à enfoncer, il cria :
    « Seigneur, sauve-moi ! »
        Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit
    et lui dit :
    « Homme de peu de foi,
    pourquoi as-tu douté ? »
        Et quand ils furent montés dans la barque,
    le vent tomba.
        Alors ceux qui étaient dans la barque
    se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent :
    « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »

        Après la traversée, ils abordèrent à Génésareth.
        Les gens de cet endroit reconnurent Jésus ;
    ils firent avertir toute la région,
    et on lui amena tous les malades.
        Ils le suppliaient de leur laisser seulement
    toucher la frange de son manteau,
    et tous ceux qui le faisaient furent sauvés.

                – Acclamons la Parole de Dieu.

    OU BIEN