Don pour le projet de la direction diocésaine

img project direction diocesaine

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

  • diocese
  • Grand portrait du Père Lallemand dans le Figaro du 17 mai 2019

Grand portrait du Père Lallemand dans le Figaro du 17 mai 2019

PORTRAIT - Chaque 19 mai, depuis 41 ans, le père Yannick Lallemand se souvient de l’opération «Bonite» sur Kolwezi auprès des légionnaires du 2e REP, dans l’ex-Zaïre, aujourd’hui République démocratique du Congo. Le «padre», qui a participé à plusieurs opérations marquantes des dernières décennies, a fait ses adieux aux armes en 2018.

Le père Yannick Lallemand était en manœuvre dans les montagnes corses le 17 mai 1978. L’aumônier militaire avait alors dans son diocèse trois unités stationnées dans l’île, dont le 2e régiment étranger de parachutistes, en garnison à Calvi. La marche se termine dans une gorge où les radios ne captent pas. Ce n’est qu’à la fin de la journée qu’une estafette le retrouve pour le ramener d’urgence en Balagne. Le père Lallemand trouve le camp Raffalli en pleine effervescence. Le 2e REP vient d’être mis en alerte. Au Zaïre, dans la province du Katanga, des rebelles venus d’Angola ont pris la ville minière de Kolwezi, et ont commencé à massacrer les Européens et les Africains.
«Je suis allé à l’infirmerie où le médecin-chef m’a dit: nous allons sauter en opération. Vous partez avec nous comme brancardier. Voulez-vous une arme?», se souvient le padre, (surnom de l’aumônier dans les régiments de l’armée française). «J’ai dit non.» «Voilà votre sac, bien plein, pour les blessés éventuels», lui répond le médecin. Le père Lallemand y ajoute ce qu’il faut pour la messe, et s’endort tout habillé. Pendant la nuit, la sirène retentit. L’opération «Bonite» est déclenchée. Le 2e REP embarque dans des camions pour la base de Solenzara, d’où il décolle pour le Zaïre.

«Nous étions serrés comme des sardines, il faisait une chaleur torride, et nous n’avions pas de renseignements précis sur la situation au sol.», le père Yannick Lallemand , au matin de l’intervention sur Kolwezi.

Au matin, à peine posé sur l’aéroport de Kinshasa, il embarque avec le médecin-chef dans le premier des avions qui décollent vers Kolwezi. «Nous étions serrés comme des sardines», se souvient le père, «il faisait une chaleur torride, et nous n’avions pas de renseignements précis sur la situation au sol». Au-dessus de Kolwezi, les appareils ont du mal à s’aligner, et font un premier passage sans larguer. Le deuxième passage est le bon. Lumière rouge. Lumière verte. Go! Le père Lallemand saute juste derrière le colonel Erulin, le chef de corps du REP. L’atterrissage est brutal. «Le colonel est tombé sur une termitière et s’est bien râpé la joue», dit le père. «Quant à moi, j’ai atterri sur le cadavre d’un Noir. J’ai entendu les premiers tirs, et les premières détonations. Les combats ont commencé. Il y avait des cadavres partout, massacrés par les Katangais, c’était affreux.» Mais l’effet de surprise a joué. 700 légionnaires largués directement sur l’ennemi à des milliers de kilomètres de leur base, sans appui ni renforts, ont pris la ville. À la nuit tombée, le 2e REP tient fermement le centre de Kolwezi. Le père Lallemand est avec l’infirmerie et l’état-major tactique du régiment, qui s’installe à la nuit tombée dans le Lycée Jean-XIII.

«Nous n’avions ni cercueils, ni linceuls. Je suis allé récupérer des parachutes ventraux abandonnés sur la zone de saut, et nous avons enveloppé nos morts dedans.», le père Lallemand.

Le lendemain matin, le PC du régiment se déplace à l’hôtel Impala. Le 2e REP a sauté sur Kolwezi sans armements lourds ni équipement, ni soutient sanitaire. Le père Lallemand joue d’abord le rôle de brancardier, mais surtout il est au milieu des blessés, jour et nuit, faisant boire l’un, aidant l’autre à manger sa ration, lavant les treillis pleins de sang. Puis est amené dans ce qui sert d’infirmerie le premier mort ; c’est un caporal, tireur d’élite. «Le médecin-chef m’a dit: “Pouvez-vous vous occuper de nos tués, car les blessés sont assez nombreux et je suis le seul médecin?”», se rappelle le père Lallemand. «Nous n’avions ni cercueils, ni linceuls. Je suis allé récupérer des parachutes ventraux abandonnés sur la zone de saut, et nous avons enveloppé nos morts dedans.» Le 2e REP perd cinq des siens dans l’opération.

L’attentat du Drakkar
Alors que les combats se terminent, l’aumônier demande au colonel l’autorisation de célébrer une messe. La cérémonie a lieu dans les jardins de l’hôtel Impala, concélébrée avec le curé de la cathédrale de Kolwezi. «Un grand moment de prière pour nos cinq camarades tués au combat, et pour tous ces Européens et Africains innocents morts dans la furie de cette semaine sanglante.»
Le père Lallemand dit avoir eu sa vocation religieuse vers l’âge de 10 ans. «Ce fut un choc pour mon père quand ma mère lui a fait part de mon projet de devenir prêtre. Il était lui-même militaire, et rêvait que je devienne officier de marine. Mon frère aîné avait été tué en Algérie dans les parachutistes.»

«On ne s’appartient plus quand on est aumônier militaire», le père Lallemand.

Le jeune Yannick Lallemand finit par obtenir gain de cause. Il entre au séminaire de Poitiers, mais interrompt ses études religieuses pour devenir officier de réserve. Il sert pendant presque trois ans en Algérie comme chef de section dans un commando de chasse. À la fin de son service, il retourne au séminaire. Lorsqu’il est finalement ordonné prêtre, il annonce à son évêque qu’il ne servira que pendant cinq ans au diocèse, et qu’il deviendra ensuite aumônier militaire. Ce n’est qu’au bout de six ans qu’il rejoint sa première affectation. «J’étais aumônier de deux bataillons de chasseurs alpins, le 13e BCA à Chambéry, et le 7e BCA à Bourg-Saint-Maurice. Il fallait que je fasse plus de 140 kilomètres entre les deux garnisons, par des routes enneigées et dangereuses en hiver. On ne s’appartient plus quand on est aumônier militaire.»

Le père Lallemand est affecté ensuite dans les parachutistes, à Carcassonne, au 3e RPIMa. «C’était à l’époque une unité d’appelés très opérationnelle, qui revenait du Tchad, où ils avaient eu des tués dans des accrochages. J’allais sauter avec les jeunes brevetés à Pau. C’est un bon moyen pour un aumônier d’établir le contact avec eux, quand ils nous voient dans le même avion, ils savent qu’ils peuvent compter sur nous.» En 1975, il rejoint la Légion, où il participe à l’opération de Kolwezi, le 19 mai 1978. Affecté au 1er régiment de chasseurs parachutistes, le régiment de son frère tué en Algérie, il part au Liban en 1983. «Nous avons débarqué à Beyrouth sur une plage à partir de chalands, l’aéroport étant fermé à cause de la guerre.»

«Nous entendions les blessés appeler au secours en dessous des décombres, et nous n’avions que nos pelles individuelles pour les dégager. Commence alors un chemin de passion et de douleur.», le père Lallemand.

Dans la capitale libanaise, les paras s’installent dans les immeubles à moitié détruits. Le père Lallemand fait la tournée des postes avancés. «J’aidais à remplir les sacs de sable pour protéger les bâtiments. Le dimanche, j’allais dire la messe dans un poste ou dans un autre.» Le 23 octobre 1983, le padre est au PC du régiment quand retentissent deux énormes explosions: la première en direction de l’aéroport, où sont stationnés les Marines américains. La seconde, quelques minutes plus tard, provient de l’immeuble du Drakkar, où sont déployés les paras français. Deux voitures suicides lancées par une milice dont on ignore encore le nom ont frappé les contingents occidentaux.

«En arrivant sur place, il ne restait rien qu’un amas de ferraille et de béton», se souvient le père Lallemand. «Nous entendions les blessés appeler au secours en dessous des décombres, et nous n’avions que nos pelles individuelles pour les dégager. Commence alors un chemin de passion et de douleur. J’entendais les voix de ces soldats avec qui j’avais marché, sauté. Pendant quatre jours, je leur ai parlé, les ai accompagnés de la voix, puis peu à peu leurs voix se sont éteintes.» Depuis, chaque année, il continue de visiter les tombes des soldats tués au Drakkar, avec les familles desquels il est resté en contact.

Dix ans au Tchad
Les Américains ont eu 241 morts, les Français, 58. «Les corps ont été transportés à la résidence des Pins, l’ancien palais des ambassadeurs de France. Chaque nuit, j’allais veiller les cercueils de mes petits et je lisais leurs noms en pleurant, en me rappelant ce que nous avions vécu ensemble. Il y a eu une cérémonie d’adieu. J’ai prononcé un message d’espérance. Ils n’étaient pas morts pour rien, ils étaient morts pour la France, pour le Liban, ce “Liban-message”, comme disait Jean-Paul II. Je continue chaque année d’aller prier sur leur tombe, avec l’association des familles, blessés et rescapés du Drakkar.»

«Au Tchad, j ai rencontré des missionnaires extraordinaires. Au bout de quatre mois, j’ai su que je devais me consacrer à ces populations chrétiennes abandonnées.», le père Lallemand.

Quatre mois plus tard, le père Lallemand est au Tchad, où l’opération «Manta» vise à contenir les Libyens de Kadhafi au nord du 16e parallèle. «Nous partions pour de longues patrouilles dans le désert. J’y ai rencontré des missionnaires extraordinaires qui avaient évangélisé là depuis les années 1930. Au bout de quatre mois, j’ai su que je devais me consacrer à ces populations chrétiennes abandonnées.» En 1987, le père Lallemand quitte l’aumônerie militaire pour retourner dans le nord du Tchad. À Moussoro, puis à Faya-Largeau, le père reste dix ans au Tchad, où il construit et reconstruit des églises et chapelles, là où se trouvent des soldats et leurs familles, la majorité venant du sud du pays.

«Honneur et Fidélité»
De retour dans l’aumônerie militaire, le père Lallemand rejoint la Légion étrangère qu’il ne quittera plus. Après le 4e étranger à Castelnaudary, il est affecté au 1er étranger, la maison mère de la Légion, à Aubagne, tout en servant les maisons de retraite de la Légion étrangère, à Auriol et à Puyloubier, où il vivra avec les anciens légionnaires pendant cinq ans. Il fait son adieu aux armes au début de l’année 2018, où il lit pour une dernière fois la devise de la Légion, «Honneur et Fidélité». Sa longue carrière a été placée sous la prière du para, qu’il a si souvent répété dans ses régiments: «Donnez-moi mon Dieu, ce qui vous reste, donnez-moi ce dont les autres ne veulent pas, mais donnez-moi aussi le courage, car vous êtes seul à donner, ce que l’on ne peut obtenir que de soi.»

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 17/05/2019.

Mots-clés: diocese aux armees, aumônier, OPEX

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

16 septembre 2019

Tous les saints du jour
  • Saints Corneille et Cyprien - mémoire liturgique (III siècle)
    16 septembre: mémoire liturgique - Solennité de saint Cyprien en Afrique du Nord.On a rappelé le 14 septembre la mise au tombeau du premier et la passion du second. Aujourd'hui le monde chrétien les célèbre d'une seule voix, confortés mutuellement dans la foi et liés ensemble par la charité. Saint Cyprien était devenu chrétien à quarante-six ans. Jusque là, il avait été rhéteur et avocat et ses moeurs étaient celles d'un païen célibataire. Après sa conversion, il trouva son bonheur en donnant ses biens aux pauvres. Tant et si bien que les chrétiens de Carthage le choisirent deux ans après comme évêque. Progressivement, il devint, par son influence, chef de l'Église d'Afrique. A la demande de ses fidèles, il se cacha durant la persécution de Dèce et fut épargné. Lorsqu'éclata ensuite la persécution de Valérien, il fut envoyé en exil par un proconsul qui lui était favorable. Mais le successeur l'étant moins, le fit chercher, le ramena à Carthage où il fut décapité. Vis-à-vis des chrétiens qui avaient apostasié pour éviter la mort, saint Cyprien était plein de miséricorde, professant que la miséricorde divine est plus grande que le plus grand des péchés. Le pape saint Corneille s'appuya sur lui lors de la querelle des "lapsi", des chrétiens apostats. Après saint Augustin, il est l'un des plus grands témoins de la doctrine de l'Église latine des premiers siècles.Mémoire des saints martyrs Corneille, pape, et Cyprien, évêque, dont on a rappelé le 14 septembre la mise au tombeau du premier et la passion du second. Aujourd'hui le monde chrétien les célèbre d'une seule voix, confortés mutuellement dans la foi et liés ensemble par la charité.
  • Sainte Edith de Barking - Abbesse de Wilton (✝ 984)
    Elle était la fille d'Edgar, roi des Angles et suivit sa mère Wilfride, concubine du roi, lorsqu'elle se retira dans le monastère de Wiltshire. Elle devint religieuse. Lorsqu'elle mourut, âgée de vingt-trois ans, elle fut aussitôt placée sur les autels et dans les calendriers de son pays.Illustration tirée d'un manuscrit du XIIIe siècle.À Wilton en Angleterre, vers 984, sainte Édith, vierge. Fille d'Edgar, roi des Angles, consacrée à Dieu toute jeune au monastère de ce lieu, elle a ignoré ce monde plutôt qu'elle ne l'a laissé.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2019
  • Première lecture : « J’encourage à faire des prières pour tous les hommes à Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés » (1 Tm 2, 1-8)

    Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre à Timothée

    Bien-aimé,
        j’encourage, avant tout,
    à faire des demandes, des prières,
    des intercessions et des actions de grâce
    pour tous les hommes,
        pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité,
    afin que nous puissions mener notre vie
    dans la tranquillité et le calme,
    en toute piété et dignité.
        Cette prière est bonne et agréable
    à Dieu notre Sauveur,
        car il veut que tous les hommes soient sauvés
    et parviennent à la pleine connaissance de la vérité.
        En effet, il n’y a qu’un seul Dieu,
    il n’y a aussi qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes :
    un homme, le Christ Jésus,
        qui s’est donné lui-même
    en rançon pour tous.
    Aux temps fixés, il a rendu ce témoignage,
        pour lequel j’ai reçu la charge de messager et d’apôtre
    – je dis vrai, je ne mens pas –
    moi qui enseigne aux nations la foi et la vérité.
        Je voudrais donc qu’en tout lieu les hommes prient
    en élevant les mains,
    saintement, sans colère ni dispute.

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 27 (28), 1ab.2, 7, 8-9)

    Refrain psalmique : (Ps 27, 6)

    Béni soit le Seigneur
    qui entend la voix de ma prière !

    Seigneur, mon rocher, c’est toi que j’appelle :
    ne reste pas sans me répondre,
    Entends la voix de ma prière quand je crie vers toi,
    quand j’élève les mains vers le Saint des Saints !

    Le Seigneur est ma force et mon rempart ;
    à lui, mon cœur fait confiance :
    il m’a guéri, ma chair a refleuri,
    mes chants lui rendent grâce.

    Le Seigneur est la force de son peuple,
    le refuge et le salut de son messie.
    Sauve ton peuple, bénis ton héritage,
    veille sur lui, porte-le toujours.

  • Évangile : « Même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! » (Lc 7, 1-10)

    Acclamation : (Jn 3, 16)

    Alléluia. Alléluia.
    Dieu a tellement aimé le monde
    qu’il a donné son Fils unique,
    afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
        lorsque Jésus eut achevé de faire entendre au peuple toutes ses paroles,
    il entra dans Capharnaüm.
        Il y avait un centurion
    dont un esclave était malade et sur le point de mourir ;
    or le centurion tenait beaucoup à lui.
        Ayant entendu parler de Jésus,
    il lui envoya des notables juifs
    pour lui demander de venir sauver son esclave.
        Arrivés près de Jésus,
    ceux-ci le suppliaient instamment :
    « Il mérite que tu lui accordes cela.
        Il aime notre nation :
    c’est lui qui nous a construit la synagogue. »
        Jésus était en route avec eux,
    et déjà il n’était plus loin de la maison,
    quand le centurion envoya des amis lui dire :
    « Seigneur, ne prends pas cette peine,
    car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit.
        C’est pourquoi je ne me suis pas autorisé, moi-même,
    à venir te trouver.
    Mais dis une parole,
    et que mon serviteur soit guéri !
        Moi, je suis quelqu’un de subordonné à une autorité,
    mais j’ai des soldats sous mes ordres ;
    à l’un, je dis : “Va”, et il va ;
    à un autre : “Viens”, et il vient ;
    et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. »
        Entendant cela,
    Jésus fut en admiration devant lui.
    Il se retourna et dit à la foule qui le suivait :
    « Je vous le déclare,
    même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! »
        Revenus à la maison,
    les envoyés trouvèrent l’esclave en bonne santé.

                – Acclamons la Parole de Dieu.