Don pour le projet de la direction diocésaine

img project direction diocesaine

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

  • diocese

Homélie lors de l'institution pour le service de la Parole et le service de la prière communautaire et de l’Eucharistie de l’aumônier, Joseph-Tâm.

Tâm

Homélie de Mgr Antoine de Romanet, Évêque aux Armées, lors de l’institution pour le service de la Parole et le service de la prière communautaire et de l’Eucharistie de l’aumônier catholique de Balard-Arcueil, Joseph-Tâm.

« Pour toi qui suis-je ? »

« La question de Dieu se pose à tous les hommes, de la manière la plus centrale. Tout nous y renvoie, de la manière la plus forte. Et comme la philosophie le manifeste clairement : « Nier Dieu, c’est encore l’affirmer. Aucun homme n’est libre de la question de Dieu ». Quelle merveille de pouvoir formuler ainsi cette question… Dieu nous a donné une intelligence. C’est pour qu’elle fonctionne et se déploie, qu’elle aille à la racine des choses. Aucun homme non plus n’est libre de la question du Christ : « Pour toi qui suis-je ? ». Et ultimement, aucun homme n’est libre de la question fondamentale de sa vie. Je ne suis pas libre du fait que je viens de Dieu et que je vais vers Dieu. Je ne suis pas libre du fait que je suis créé pour aimer et pour être aimé. Je ne suis pas libre de la question. Je suis libre de la réponse. Et c’est bien là la dignité de chacun d’entre nous, la dignité de chacune de nos vies.

Cette liberté, elle semblerait se fracasser sur ce verset de l’Évangile nous parlant de l’Esprit de Vérité. Voilà une affirmation de nature à faire frémir la plupart de nos contemporains. Si Tâm s’avançait vers vous en prétendant détenir la Vérité, éventuellement avec un bon maillet ou une pioche pour vous la mettre dans la tête de la manière la plus claire et la plus ferme, vous prendriez vos jambes à votre cou, et vous auriez bien raison ! Il faut redire ici, simplement et fortement, que nous ne sommes pas propriétaires de la Vérité. L’Église catholique romaine n’est pas propriétaire de la Vérité. Le pape n’est pas propriétaire et ne possède pas la Vérité. Je ne possède pas la Vérité. Tâm ne possède pas la Vérité, en dépit de ses innombrables qualités. Parce que la vérité est une personne. La Vérité, c’est le Christ. « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ». Et notre mission à chacun, telle que nous l’avons reçue dans l’Église, est de nous remettre devant ces questions fondamentales de l’existence, cette question de Dieu, cette question du sens, cette question du Christ… et cette question de la Vérité, en manifestant, par tout l’engagement de notre être, combien ceci vient résonner avec ce que nous sommes et ce que nous portons. Chacun d’entre nous portons la marque du Dieu vivant, de la manière la plus belle et la plus forte. Et c’est tout l’enjeu de ce déploiement qui se fait en chaque liturgie par la Parole et par le Pain et le Vin consacrés.

C’est merveille que ces deux institutions soient faites en même temps pour Joseph-Tâm aujourd’hui, manifestant que la Parole et le Pain sont intimement liés au cœur de l’Eucharistie et au cœur de nos vies. Le Concile Vatican II a voulu que l’ambon de la Parole soit de même nature et de même importance que la table du Pain consacré, manifestant combien ces deux aspects d’une liturgie sont étroitement liés. Cela exprime le fait que le Christ dont nous célébrons le corps glorieux ressuscité sur l’autel, c’est aussi ce Verbe de vie, ce Verbe créateur, ce Verbe qui est à l’origine et au terme de toutes choses… « Au commencement était le Verbe, le Verbe était avec Dieu, le Verbe était Dieu, Tout fut par lui et sans lui rien ne fut… ». C’est bien ce Verbe, cette Parole, qui est au cœur de nos liturgies et qui vient toucher nos cœurs et nos libertés.

Cela se fait par la pauvreté des instruments que nous sommes et dans la faiblesse de chacun d’entre nous. Recevoir cette institution de la part de l’Église, c’est être envoyé pour articuler par sa bouche, pour tenir entre ses mains, une réalité qui nous dépasse infiniment. Et c’est précisément dans cette faiblesse et dans cette pauvreté que chacun d’entre nous pouvons être touchés, parce que le Seigneur ne cesse de venir à nous dans le doux murmure d’une brise légère, dans cette infinie délicatesse de l’Enfant de la crèche, dans cette réalité du Christ sur la croix qui implore notre liberté et le meilleur de nous-même de mettre nos pas dans les siens.

Mon cher Joseph-Tâm, que cette institution soit une étape pour toi, dans ta vie, dans la manière dont tu vis de la Parole de Dieu et dont tu l’annonces à tes frères, dans la manière dont tu reçois le don de Dieu et le transmets. Et que cette institution puisse être pour notre communauté rassemblée ce matin l’occasion de rendre grâce pour cette Parole et pour ce corps glorieux du Christ ressuscité qui ne cesse de nous être offert au cœur de son Église.

Amen.

Imprimer E-mail

Communiqué

Le Diocèse aux Armées françaises a appris ce mercredi 29 mai le déroulement d'une soirée tenue le 22 mai dernier dans la cathédrale Saint-Louis des Invalides. Le Diocèse souhaite rappeler qu'il est simple utilisateur de la cathédrale, dont le musée de l’Armée est affectataire. A ce titre, seuls les offices religieux relèvent de l'autorité de l'Evêque aux Armées, en lien avec le Gouverneur des Invalides.

Dans le cas de ce concert, il s’agissait d’une mise à disposition des lieux par l'affectataire au bénéfice de l’ambassade de la République du Kosovo pour y donner une œuvre, « L’homme armé, une messe pour la paix », commémorant les 20 ans de la fin de la guerre au Kosovo. 

A la suite de ce concert, l'Evêque aux Armées prononcera une prière d'invocation et d'intercession au cours de la messe de la Solennité de l'Ascension du Seigneur ce jeudi 30 mai 2019 à 11 heures.

Imprimer E-mail

Don pour le projet de la direction diocésaine

bandeau site projet v4

Pour en savoir plus :

Télécharger la lettre de Mgr Antoine de Romanet
Télécharger le bon de soutien
Télécharger le dépliant

Pour pérenniser l'implantation du Diocèse aux Armées rue Notre-Dame des Champs, nous avons besoin de vous !

Acquisition et rénovation de la direction diocésaine
Pour assurer la pérennité de l’implantation immobilière du Diocèse aux Armées, il est aujourd’hui nécessaire de faire l’acquisition du bâtiment du 20 bis, rue Notre- Dame des Champs, qui abrite la direction diocésaine. Cet achat se fait dans la continuité de l’acquisition réalisée en 2011 de la «Maison Saint-Louis» au 16, rue Notre-Dame des Champs. Cette nouvelle étape dans la structuration du diocèse nous permettra de «marcher sur deux jambes» en réunissant dans un même ensemble notre maison diocésaine, dite «Maison Saint-Louis», et notre direction diocésaine.

Un lieu de travail et d’accueil
C’est dans cet immeuble du «20bis» que se situe le centre décisionnel de la vie diocésaine avec l’évêque, le vicaire général et les divers conseils chargés de la conduite des affaires du diocèse et de la réflexion autour des grandes orientations pastorales.
C’est également dans ce lieu que sont regroupés les services de la curie diocésaine qui soutiennent l’action de l’évêque : chancellerie, ressources humaines, comptabilité, communication, Pèlerinage Militaire International, Hospitalité Notre-Dame des Armées...

Un lieu d’histoire et d’archives
C’est également au «20bis» que sont conservés tous les documents authentifiés par l’évêque, le vicaire général, l’économe diocésain et les prêtres du diocèse
- notamment les archives de catholicité qui constituent la mémoire catholique de nos fidèles depuis plus d’un siècle.

 Le projet de la direction diocésaine en vidéo :

Imprimer E-mail

Décès des Maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello au Burkina Faso

Le Diocèse aux Armées Françaises s’associe à la peine des familles, des amis et des frères d’armes du Maître Cédric de Pierrepont et du Maître Alain Bertoncello, du Commando Hubert (Marine Nationale). Ils ont sauvé la vie des otages en sacrifiant la leur. Le Pèlerinage Militaire International les tiendra au cœur de sa prière à Lourdes.

 

Imprimer E-mail

L’Aumônerie militaire française (1914-1962) de Xavier Boniface

Laumonerie militaire française xboniface couvA l’approche du 75ème anniversaire du débarquement de Normandie redécouvrez L’Aumônerie militaire française (1914-1962) de Xavier Boniface. Cet ouvrage retrace l'histoire de l'aumônerie militaire, celle de son édification institutionnelle, de son intégration progressive dans les structures de l'armée, de ses missions pastorales, mais aussi celle de ses enjeux politiques, éthiques ou théologiques.
Crédit photo : Les Editions du Cerf
https://www.editionsducerf.fr/images/livres_380/9782204066600.jpg

Imprimer E-mail

Archbishop Romanet Visits USS McFaul

IMG 5110 v1GULF OF ADEN (NNS) -- The Arleigh Burke-class guided-missile destroyer USS McFaul (DDG 74) hosted French Archbishop Antoine De Romanet to celebrate Easter weekend.

Archbishop Romanet is currently the “Bishop of the Armies,” head of the Archdiocese of the French Armed Services. He has served as Parish priest of Notre-Dame d’Auteuil, Paris, parish priest of Saint-Louis de France in Washington D.C. and chaplain of the French Lycee Rochambeau.

Romanet arrived on the McFaul flight deck April 21 on a French Marine Nationale AS365 Dauphin helicopter, toured the ship and prepared for a worship service.

“This is my first visit to an American ship,” Romanet said. “I feel very welcome and am enjoying meeting members of team McFaul. The association between our countries is very important and I am glad I get to celebrate Easter with Americans with the same beliefs in a different culture.”

Romanet held a worship service in the McFaul wardroom where he prayed for the crew of McFaul and their families, offered communion, and hosted a meet-and-greet afterwards for anyone in attendance.

McFaul is deployed to the U.S. 5th Fleet area of operations in support of naval operations to ensure maritime stability and security in the Central Region, connecting the Mediterranean and the Pacific through the western Indian Ocean and three strategic choke points.

By Mass Communication Specialist 3rd Class Will Hardy, USS McFaul Public Affairs
Release Date: 4/24/2019 

Imprimer E-mail

DONS POUR RESTAURER NOTRE-DAME DE PARIS

QUAND LE PLUS JEUNE DIOCÈSE DE FRANCE VIENT AU SECOURS
DE LA VÉNÉRABLE CATHÉDRALE NOTRE-DAME DE PARIS !

Le Père Jean-Marc FOURNIER, aumônier militaire au service de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris – qui sont tous militaires- a eu un rôle décisif la nuit de l’incendie. Au milieu des flammes, il a dirigé les opérations de sauvetage des trésors de la Cathédrale : le Saint Sacrement, la Couronne d'Épines, la Tunique de saint Louis... Les pompiers et leur aumônier ont fait l'admiration de tous.

La Cathédrale fait aujourd'hui l'objet de la sollicitude du monde entier.

Vous êtes nombreux à nous contacter pour participer à sa restauration et apporter vous aussi votre pierre à la reconstruction de cet édifice qui dit notre passé, notre présent et, nous l’espérons, notre avenir pour la France.

Rejoignez-nous en versant par notre intermédiaire votre don pour la Cathédrale.

Nous le reverserons de façon groupée au Diocèse de Paris pour la Cathédrale.

Merci d’établir précisément votre chèque à l’ordre de :
Diocèse aux Armées Françaises/Notre-Dame de Paris

Nous vous adresserons le reçu fiscal correspondant.

don cathédrale

Imprimer E-mail

Dimanche de la Miséricorde

John Paul II Brazil 1997 3Le 30 avril 2000, le pape Jean-Paul II, qui a institué le vicariat aux Armées françaises en diocèse, instaure la première fête de la Divine Miséricorde. « A l’humanité qui parfois semble perdue et dominée par le pouvoir du mal, de l’égoïsme et de la peur, le Seigneur ressuscité offre le don de son amour qui pardonne, réconcilie, et rouvre l’âme à l’espérance. C’est un amour qui convertit les cœurs et donne la paix. Combien le monde a besoin de comprendre et d’accueillir la miséricorde divine », c’est par ces mots que le pape Jean-Paul II souhaitait s’adresser à ces fidèles pour le dimanche de la Miséricorde en 2005, jour de son décès.

 

 

Crédit photo : José Cruz/Abr
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_II#/media/File:John_Paul_II_Brazil_1997_3.jpg

 

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

23 août 2019

Tous les saints du jour
  • Sainte Rose de Lima - Vierge (✝ 1617)
    Première sainte du Nouveau Monde, elle fut canonisée en 1671. Rose de Flores (*) était la dixième enfant d'une pauvre famille espagnole de Lima au Pérou. Très vite, elle manifeste pour le Christ un amour si violent qu'elle multiplie les austérités. A 4 ans et demi, elle reçoit la grâce de savoir lire sans avoir appris, l'ayant simplement demandé dans la prière. Elle en profitera pour se nourrir de la vie de sainte Catherine de Sienne qui deviendra son modèle. A 5 ans, elle se consacre à Dieu. A 20 ans, elle prend l'habit des tertiaires dominicaines. Les onze années qui lui restent à vivre, elle les passera, à demi-recluse, dans un minuscule ermitage au fond du jardin de ses parents, dans la prière et une austérité effrayante. En échange, elle reçoit des grâces mystiques étonnantes. Dans le même temps, elle se dévoue au service des indiens, des enfants abandonnés et des vieillards infirmes. Ses visions éveillent les soupçons de l'Inquisition. Elle devra subir des examens et la sûreté doctrinale de ses réponses impressionnera ses interrogateurs. A sa mort, le petit peuple de Lima se presse sur sa tombe pour en recueillir un peu de terre.(*) Née Isabel De Flores Y Del Oliva, elle était si belle que, déjà quant elle était bébé, on l'appela Rose.Elle faisait partie des Saints patrons des JMJ de Madrid en 2011. Après une enfance déjà très mortifiée, elle prit l'habit des Soeurs du Tiers-Ordre dominicain et, à demi-recluse dans le jardin de ses parents, se livra à la pénitence et à l'oraison. Avec un zèle ardent pour le salut des pécheurs et des Indiens, pour qui elle souhaitait donner sa vie, elle se soumettait volontiers à toutes sortes d'austérités et de souffrances, pour les gagner au Christ. Elle mourut le 24 août 1617.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2019
  • Première lecture : « Noémi revint avec sa belle-fille, Ruth la Moabite. Elles arrivèrent à Bethléem » (Rt 1, 1.3-6.14b-16.22)

    Lecture du livre de Ruth

    À l’époque où gouvernaient les Juges,
    il y eut une famine dans le pays.
    Un homme de Bethléem de Juda
    émigra avec sa femme et ses deux fils
    pour s’établir dans la région appelée Champs-de-Moab.
        Élimélek, le mari de Noémi, mourut,
    et Noémi resta seule avec ses deux fils.
        Ceux-ci épousèrent deux Moabites ;
    l’une s’appelait Orpa (c’est-à-dire : Volte-face)
    et l’autre, Ruth (c’est-à-dire : Compagne).
    Ils demeurèrent là une dizaine d’années.
        Mahlone et Kilyone moururent à leur tour,
    et Noémi resta privée de ses deux fils et de son mari.
        Alors, avec ses belles-filles,
    elle se prépara à quitter les Champs-de-Moab
    et à retourner chez elle,
    car elle avait appris que le Seigneur avait visité son peuple
    et lui donnait du pain.
         En cours de route, Orpa embrassa sa belle-mère et la quitta,
    mais Ruth restait attachée à ses pas.
        Noémi lui dit :
    « Tu vois, ta belle-sœur est retournée
    vers son peuple et vers ses dieux.
    Retourne, toi aussi, comme ta belle-sœur. »
        Ruth lui répondit :
    « Ne me force pas à t’abandonner et à m’éloigner de toi,
    car où tu iras, j’irai ;
    où tu t’arrêteras, je m’arrêterai ;
    ton peuple sera mon peuple,
    et ton Dieu sera mon Dieu. »
        Noémi revint donc des Champs-de-Moab
    avec sa belle-fille, Ruth la Moabite.
    Elles arrivèrent à Bethléem au début de la moisson de l’orge.

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 145 (146), 5-6ab, 6c-7, 8-9a, 9bc-10)

    Refrain psalmique : (Ps 145, 1b)

    Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur !
    ou : Alléluia !

    Heureux qui s’appuie sur le Dieu de Jacob,
    qui met son espoir dans le Seigneur son Dieu,
    lui qui a fait le ciel et la terre
    et la mer et tout ce qu’ils renferment !

    Il garde à jamais sa fidélité,
    il fait justice aux opprimés ;
    aux affamés, il donne le pain ;
    le Seigneur délie les enchaînés.

    Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
    le Seigneur redresse les accablés,
    le Seigneur aime les justes,
    le Seigneur protège l’étranger.

    Il soutient la veuve et l’orphelin,
    il égare les pas du méchant.
    D’âge en âge, le Seigneur régnera :
    ton Dieu, ô Sion, pour toujours !

  • Évangile : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et ton prochain comme toi-même » (Mt 22, 34-40)

    Acclamation : (Ps 24, 4b.5a)

    Alléluia. Alléluia.
    Fais-moi connaître ta route, mon Dieu ;
    dirige-moi par ta vérité.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là,
        Les pharisiens,
    apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens,
    se réunirent,
        et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus
    pour le mettre à l’épreuve :
        « Maître, dans la Loi,
    quel est le grand commandement ? »
        Jésus lui répondit :
    « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu
    de tout ton cœur,
    de toute ton âme et de tout ton esprit.

        Voilà le grand, le premier commandement.
        Et le second lui est semblable :
    Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
        De ces deux commandements dépend toute la Loi,
    ainsi que les Prophètes. »

                – Acclamons la Parole de Dieu.