Soutenez-nous !

 

Denier Toussaint 2019 extérieur

L'Eglise et l'arme nucléaire - Réflexions de Mgr Antoine de Romanet

nuclear threat

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

  • PMI
  • 61ème Pèlerinage Militaire International « Cherche la paix et poursuis la... » (Psaume 34,15)

61ème Pèlerinage Militaire International « Cherche la paix et poursuis la... » (Psaume 34,15)

61ème Pèlerinage Militaire International
« Cherche la paix et poursuis la... » (Psaume 34,15)

A hauteur d'homme, chacun mesure l'extrême difficulté à maintenir équilibrée cette forme d'harmonie que l'on appelle « paix ». Négligée parfois, incertaine souvent, elle est pourtant affaire de tous et à faire par tous !
La thématique 2019 du 61ème Pèlerinage Militaire International, organisé comme tous les ans à Lourdes, nous invite à réfléchir sur cette notion, ô combien fondamentale, de la paix.
Ainsi, le Pèlerinage Militaire International n'est-il pas un formidable lieu où l'on peut se saisir d'une « paix » multiforme conjuguée en toutes les langues ?

• Cherche la paix...

Le militaire est un homme de valeurs. De solides bases humanistes sur lesquelles viennent reposer deux piliers de la condition militaire : une volonté d'engagement au service de l'autre et un profond sens du dévouement.
Cependant, c'est une évidence, le métier des armes entraîne de nombreuses interrogations pour celui qui l'exerce. A vrai dire, il bouscule, il questionne.
D'abord dans nos idéaux moraux. De multiples situations, notamment sur les théâtres d'opérations extérieures, nous soumettent à la difficulté du « cas de conscience ».
Ensuite, dans notre idéal de vie personnelle. Pour servir une cause collective, l'on doit, bien évidemment, faire des choix et des concessions privées. Ce n'est pas toujours simple.
Enfin, plus que tout autre personne, le militaire se tient sur le mince seuil de la porte qui sépare le Bien du Mal.
En tout état de cause, la passerelle entre l'amour de Dieu et la volonté des hommes, est résolument un lieu à l'épreuve du feu mais aussi de la Foi.
De fait, pour être un acteur de la paix, encore faut-il l'être avec soi-même.

•… Poursuis la.

Pour rayonner pleinement sur la communauté, la paix est, sans conteste, une quête individuelle et touche du doigt une autre forme de transcendance, la réconciliation. Cet acte personnel, à l'aura collectif, est un processus nécessaire permettant de retrouver le sens de ce que l'on est réellement et de ce que l'on fait consciemment.
C'est dans cette démarche que s'inscrit le pèlerin militaire lorsqu'il se rend à Lourdes. Il vient se retrouver, auprès de Dieu et de la Vierge Marie, pour une confrontation avec lui-même.
En acceptant la rencontre du sacré et du réel, en recevant la communion d'âme et d'esprit, devant la grotte, aux pieds de Marie, il réalise un acte de réconciliation personnelle. Cela lui permet de retrouver le point d'équilibre avec Dieu et d'accueillir pleinement les grâces de la miséricorde.
Celles-ci laisseront fructifier en lui la paix du cœur, celle procurée par le don de l'amour divin. A ce sujet, l'évangile selon Saint Jean (Jean 14:27) nous rapporte ces paroles du Christ : « Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde vous donne. »

Ce passage nous éclaire doublement. A la fois sur la simplicité du cadeau de la charité spirituelle mais aussi, paradoxalement, sur son insaisissabilité matérielle.
Les sociétés modernes, en détournant de l'humain par des artefacts matériels, censés nous procurer un bien-être, nous détachent peu à peu de la réalité de nos vies. La pensée et nos façon d'être se replient et s'individualisent. Pourtant, la parole nous enjoint de ne pas agir égoïstement et de partager allègrement cette paix.
Alors, au final, comment offrir cette paix qu'on ne peut ni voir, ni toucher ni sentir ?

• soldat, témoin de la paix.

C'est dans notre cœur, où réside Dieu, que s'exerce la puissance de l'amour donné. Cela rejailli de façon tangible, derrière des actions humaines et visibles de concorde. Lesquelles irradient d' une énergie incroyable, puisant tout simplement son origine en chacun de nous, on l'appelle la fraternité...
Savoir encore reconnaître l'autre comme un frère, à la fois, de cœur, d'âme et d'armes, c'est la grâce offerte par l'Esprit aux militaires et permet de transmettre la paix à la suite du Dieu Père et Fils « qui n'a pas honte de nous appeler frère » (He 2,11). Ils offrent, à ce titre, un témoignage de la parole Dieu et souligne la nécessité primordiale de veiller sur le feu de la paix qu'il nous a laissé et d'en porter fièrement les flambeaux à travers le monde pour raviver l'espérance dans le tragique.
Le pèlerinage militaire est d'abord l'occasion d'aller à sa propre rencontre. D'ouvrir son cœur à une introspection spirituelle et de panser des maux, quels qu'ils soient, en revenant à l'essentiel de nos vies et de notre engagement militaire : l'humain.
A l'heure où la paix mondiale n'a jamais été aussi fragile, il est peut-être temps de réfléchir sur le message central de fraternité que nous livre le Pèlerinage Militaire International.
Sommes-nous toujours emplis d'empathie, de compassion, d'écoute envers l'autre ? Sommes-nous quotidiennement des facilitateurs de paix ?
Pour les artisans de paix que nous sommes, voici un cheminement spirituel intéressant à mener durant ces trois journées du Pèlerinage Militaire Internationale, aux côtés de Dieu, de Marie et de l'ensemble de nos frères d'armes, à la recherche de ce qui paraît résolument insaisissable...

Mots-clés: pelerinage, paix, pmi, pèlerinage militaire international, psaumes

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

2 juillet 2020

Tous les saints du jour
  • Bienheureuse Eugénie Joubert - religieuse (✝ 1904)
    Religieuse de la Sainte-Famille du Sacré Cœur. Eugénie Joubert est née et a été baptisée à Yssingeaux, non loin de Notre Dame du Puy, le 11 février 1876. Elle entra dans la vie religieuse à 19 ans. Elle prononça ses vœux le 8 décembre 1897. L'Obéissance lui confie les enfants; ses préférés sont les plus pauvres. Elle meurt à Liège (Belgique) à l'âge de 28 ans, en réputation de sainteté, le 2 juillet 1904. Le Pape Jean-Paul II la proclama 'Bienheureuse' le 20 novembre 1994. Illustration, site internet du diocèse du Puy À Liège en Belgique, l'an 1904, la bienheureuse Eugénie Joubert, vierge de la Congrégation de la Sainte-Famille du Sacré-Cœur. Envoyée comme catéchiste à Aubervilliers, elle se dépensa sans compter, avec entrain et gaieté, pour les enfants les plus pauvres. Atteinte de tuberculose, elle suivit avec amour le Christ souffrant.
  • Saint Martinien - Martyrisé au Ier siècle (I siècle)
    Il aurait été le geôlier de saint Pierre. Avec son compagnon Processus, il n'hésita pas à donner sa vie au Christ qu'il avait découvert grâce à son prisonnier. C'est pourquoi le pape Pascal 1er fit transporter leurs cendres dans la basilique Saint Pierre de Rome où elles sont toujours. Un tableau de Jean Valentin dit aussi Valentin de Boulogne représentant le Martyre de Saint Procès et Saint Martinien, 1629, se trouve à la Pinacothèque, salle XII, musée du Vatican.À Rome au cimetière de Damase, au second mille de la voie Aurélienne, les saints Procès et Martinien, martyrs.

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2020
  • Première lecture : « Va, tu seras prophète pour mon peuple » (Am 7, 10-17)

    Lecture du livre du prophète Amos

    En ces jours-là,
        Amazias, le prêtre de Béthel,
    envoya dire à Jéroboam, roi d’Israël :
    « Amos prêche la révolte contre toi,
    en plein royaume d’Israël ;
    le pays ne peut plus supporter tous ses discours,
        car voici ce que dit Amos :
    “Le roi Jéroboam périra par l’épée,
    et Israël sera déporté loin de sa terre.” »
        Puis Amazias dit à Amos :
    « Toi, le voyant, va-t’en d’ici,
    fuis au pays de Juda ;
    c’est là-bas que tu pourras gagner ta vie
    en faisant ton métier de prophète.
        Mais ici, à Béthel, arrête de prophétiser ;
    car c’est un sanctuaire royal,
    un temple du royaume. »

        Amos répondit à Amazias :
    « Je n’étais pas prophète ni fils de prophète ;
    j’étais bouvier, et je soignais les sycomores.
        Mais le Seigneur m’a saisi quand j’étais derrière le troupeau,
    et c’est lui qui m’a dit :
    “Va, tu seras prophète pour mon peuple Israël.”
        Écoute maintenant la parole du Seigneur,
    toi qui me dis :
    “Ne prophétise pas contre Israël,
    ne parle pas contre la maison d’Isaac.”
        Eh bien, voici ce que le Seigneur a dit :
    Ta femme devra se prostituer en pleine ville,
    tes fils et tes filles tomberont par l’épée,
    la terre qui t’appartient sera partagée au cordeau,
    toi, tu mourras sur une terre impure,
    et Israël sera déporté loin de sa terre. »

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 18b (19), 8, 9, 10, 11)

    Refrain psalmique : (Ps 18b, 10cd)

    Les décisions du Seigneur sont justes
    et vraiment équitables.

    La loi du Seigneur est parfaite,
    qui redonne vie ;
    la charte du Seigneur est sûre,
    qui rend sages les simples.

    Les préceptes du Seigneur sont droits,
    ils réjouissent le cœur ;
    le commandement du Seigneur est limpide,
    il clarifie le regard.

    La crainte qu’il inspire est pure,
    elle est là pour toujours ;
    les décisions du Seigneur sont justes
    et vraiment équitables :

    plus désirables que l’or,
    qu’une masse d’or fin,
    plus savoureuses que le miel
    qui coule des rayons.

  • Évangile : « Les foules rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes » (Mt 9, 1-8)

    Acclamation : (cf. 2 Co 5, 19)

    Alléluia. Alléluia.
    Dans le Christ, Dieu réconciliait le monde avec lui :
    il a mis dans notre bouche la parole de la réconciliation.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

        En ce temps-là,
        Jésus monta en barque, refit la traversée,
    et alla dans sa ville de Capharnaüm.
        Et voici qu’on lui présenta un paralysé,
    couché sur une civière.
    Voyant leur foi,
    Jésus dit au paralysé :
    « Confiance, mon enfant,
    tes péchés sont pardonnés. »
        Et voici que certains parmi les scribes se disaient :
    « Celui-là blasphème. »
        Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda :
    « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ?
        En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ?
    Dire : “Tes péchés sont pardonnés”,
    ou bien dire : “Lève-toi et marche” ?
        Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme
    a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés…
    – Jésus s’adressa alors au paralysé –
    lève-toi, prends ta civière,
    et rentre dans ta maison. »
        Il se leva et rentra dans sa maison.
        Voyant cela, les foules furent saisies de crainte,
    et rendirent gloire à Dieu
    qui a donné un tel pouvoir aux hommes.

                – Acclamons la Parole de Dieu.