Soutenez-nous !

Denier Toussaint 2019 extérieur

La Vie des Diocèses - émission de KTO du 24 juin 2019

SAINT BERNARD DE MENTHON (15 juin)

Patron des Troupes de Montagne

St Bernard de Menthon en dalmatiqueSaint Bernard de Menthon (998-1081 [?]) -qu'il ne faut pas confondre avec son homonyme du XIIème siècle, le fondateur de Clairvaux, naquit au château de Menthon, au bord du lac d'Annecy. Il s'enfuit de la maison paternelle pour échapper à un mariage forcé et entra dans la communauté des chanoines réguliers d'Aoste. Nommé archidiacre, il était chargé de distribuer des aumônes aux pauvres et aux pèlerins.

Il s'inquiéta du sort des voyageurs traversant les Alpes et soumis au double péril des bandits et de la rudesse des routes de haute montagne. Il établit des hospices, desservis par les chanoines réguliers de saint Augustin, notamment au col du Mont Joux, aujourd'hui col du Grand Saint Bernard, où se trouve toujours un hospice tenu par la congrégation des chanoines réguliers de saint Bernard.

Homme des montagnes alpines attentifs à y faire régner la sécurité, saint Bernard est devenu le saint protecteur des troupes alpines au début des années 90, à l'initiative de l'aumônier de la B.I.M et du commandement de l'époque. Pour marquer ce parrainage, une grande statue du saint a été réalisée et placée dans le hall d'entrée de l'Etat-Major de la Brigade à Varces.

Déjà, en 1932, Pie XI avait proclamé saint Bernard patron des habitants des Alpes et de tous les alpinistes.

Imprimer E-mail

Saint du Jour

Nominis

19 novembre 2019

Tous les saints du jour
  • Saint Tanguy - Abbé en Bretagne (date ?)
    et sa sœur sainte Haude.A quelle époque a-t-il vécu, nul ne peut le dire. Ce qu'il a fait, seule la légende peut en parler. Ce qui est sûr c'est qu'il fut très tôt l'objet d'un culte populaire à l'abbaye de Saint Matthieu, au Conquet, à la pointe océane du Finistère. Les statues qui l'honorent ne se comptent plus dans le Finistère et le Léon.Voir aussi l'abbaye de Saint-Matthieu ou Saint-Mathieu ou Saint-Mahé de Fine-Terre (Loc Mazé Pen-ar-Bed ou Fin ar Bed) ou de Fine-Poterne. La légende dit qu'il était fils d'un seigneur de Tremazan qui a laissé sa sœur Haude au pays alors qu'il est envoyé à la cour pour son éducation. A son retour sa belle-mère dénonce celle-ci comme déshonorant la famille. Tanguy la tue, la victime prend sa tête et rentre à la maison pour demander les sacrements. Horrifié Tanguy se repent sévèrement et se forme à la vie monastique sous la direction de l'évêque saint Pol de Léon avant de fonder sa propre abbaye.Illustration: Tanguy et Haude, chapelle de Kersaint (29860). "Le souvenir de St Tanguy et de Ste Haude n'a pas totalement disparu: en dehors de la pointe St Matthieu et du Conquet, ils sont vénérés surtout à la chapelle de Kersaint, qui touche Trémazan."Saint Tanguy et Sainte Haude (diocèse de Quimper et Léon) 

Les lectures du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2019
  • Première lecture : « En choisissant de mourir pour nos vénérables et saintes lois, j’aurai laissé le noble exemple d’une belle mort » (2 M 6, 18-31)

    Lecture du deuxième livre des Martyrs d’Israël

    En ces jours-là,
        Éléazar était l’un des scribes les plus éminents.
    C’était un homme très âgé,
    et de très belle allure.
    On voulut l’obliger à manger du porc
    en lui ouvrant la bouche de force.
        Préférant avoir une mort prestigieuse
    plutôt qu’une vie abjecte,
    il marchait de son plein gré vers l’instrument du supplice,
        après avoir recraché cette viande,
    comme on doit le faire
    quand on a le courage de rejeter
    ce qu’il n’est pas permis de manger,
    même par amour de la vie.

        Ceux qui étaient chargés de ce repas sacrilège
    le connaissaient de longue date.
    Ils le prirent à part et lui conseillèrent
    de faire apporter des viandes dont l’usage était permis,
    et qu’il aurait préparées lui-même.
    Il n’aurait qu’à faire semblant
    de manger les chairs de la victime
    pour obéir au roi ;
        en agissant ainsi, il échapperait à la mort
    et serait traité avec humanité
    grâce à la vieille amitié qu’il avait pour eux.
        Mais il fit un beau raisonnement,
    bien digne de son âge,
    du rang que lui donnait sa vieillesse,
    du respect que lui valaient ses cheveux blancs,
    de sa conduite irréprochable depuis l’enfance,
    et surtout digne de la législation sainte établie par Dieu.
    Il s’exprima en conséquence,
    demandant qu’on l’envoyât sans tarder au séjour des morts :
        « Une telle comédie est indigne de mon âge.
    Car beaucoup de jeunes gens croiraient qu’Éléazar,
    à 90 ans,
    adopte la manière de vivre des étrangers.
        À cause de cette comédie, par ma faute,
    ils se laisseraient égarer eux aussi ;
    et moi, pour un misérable reste de vie,
    j’attirerais sur ma vieillesse la honte et le déshonneur.
        Même si j’évite, pour le moment,
    le châtiment qui vient des hommes,
    je n’échapperai pas, vivant ou mort,
    aux mains du Tout-Puissant.
        C’est pourquoi, en quittant aujourd’hui la vie avec courage,
    je me montrerai digne de ma vieillesse
        et, en choisissant de mourir avec détermination et noblesse
    pour nos vénérables et saintes lois,
    j’aurai laissé aux jeunes gens
    le noble exemple d’une belle mort. »
    Sur ces mots, il alla tout droit au supplice.

        Pour ceux qui le conduisaient,
    ces propos étaient de la folie ;
    c’est pourquoi ils passèrent subitement
    de la bienveillance à l’hostilité.
        Quant à lui, au moment de mourir sous les coups,
    il dit en gémissant :
    « Le Seigneur, dans sa science sainte, le voit bien :
    alors que je pouvais échapper à la mort,
    j’endure sous le fouet
    des douleurs qui font souffrir mon corps ;
    mais dans mon âme je les supporte avec joie,
    parce que je crains Dieu. »

        Telle fut la mort de cet homme.
    Il laissa ainsi, non seulement à la jeunesse
    mais à l’ensemble de son peuple,
    un exemple de noblesse et un mémorial de vertu.

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 3, 2-3, 4-5, 6-7)

    Refrain psalmique : (Ps 3, 6b)

    Le Seigneur est mon soutien !

    Seigneur, qu’ils sont nombreux mes adversaires,
    nombreux à se lever contre moi,
    nombreux à déclarer à mon sujet :
    « Pour lui, pas de salut auprès de Dieu ! »

    Mais toi, Seigneur, mon bouclier,
    ma gloire, tu tiens haute ma tête.
    À pleine voix je crie vers le Seigneur ;
    il me répond de sa montagne sainte.

    Et moi, je me couche et je dors ;
    je m’éveille : le Seigneur est mon soutien.
    Je ne crains pas ce peuple nombreux
    qui me cerne et s’avance contre moi.

  • Évangile : « Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Lc 19, 1-10)

    Acclamation : (1 Jn 4, 10b)

    Alléluia. Alléluia.
    Dieu nous a aimés,
    il a envoyé son Fils
    comme Pardon pour nos péchés.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
        entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait.
        Or, il y avait un homme du nom de Zachée ;
    il était le chef des collecteurs d’impôts,
    et c’était quelqu’un de riche.
        Il cherchait à voir qui était Jésus,
    mais il ne le pouvait pas à cause de la foule,
    car il était de petite taille.
        Il courut donc en avant
    et grimpa sur un sycomore
    pour voir Jésus qui allait passer par là.
        Arrivé à cet endroit,
    Jésus leva les yeux et lui dit :
    « Zachée, descends vite :
    aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »
        Vite, il descendit
    et reçut Jésus avec joie.
        Voyant cela, tous récriminaient :
    « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. »
        Zachée, debout, s’adressa au Seigneur :
    « Voici, Seigneur :
    je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens,
    et si j’ai fait du tort à quelqu’un,
    je vais lui rendre quatre fois plus. »
        Alors Jésus dit à son sujet :
    « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison,
    car lui aussi est un fils d’Abraham.
        En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver
    ce qui était perdu. »

                – Acclamons la Parole de Dieu.